«

»

Un bilan sans souffle ni perspective ?

 

Comme tous les pisciacais, nous avons reçu dans nos boites à lettres le document municipal intitulé « 3 ans à vos côtés ». Ce bilan nous a heurté. Nous avons souhaité y réagir.

Un inventaire n’est pas une perspective politique. Le service de la communication de la ville, aux ordres, ne reflète pas la réalité du travail des élus. On ne compte plus les documents pour lesquels les élus concernés ont été mis devant le fait accompli. Le document rose intitulé « 3 ans à vos côtés » et distribué chez tous les Pisciacais, n’a pas échappé à ce déni de démocratie au sein de la majorité municipale. Où est la place de la discussion dans la mise en œuvre de ce bilan ?

« Une ville attractive »

A la place de l’interminable liste des travaux réalisés, les habitants attendent l’essence commune de ces travaux qui montre la direction suivie par l’équipe municipale.
Par exemple, une explication détaillée des impacts du plan de mobilité en lien avec l’agenda 21 eût été plus judicieuse.
Concernant le cadre de vie, on atteint les sommets du pointillisme rédactionnel. Certes les aires de jeux sont satisfaisantes et très visibles, la culture est plus accessible qu’auparavant mais quid de la transformation du quotidien concret des habitants toutes générations confondues.
Dix pages de plus de ce déballage n’auraient pas permis de dégager les priorités qui sont réelles pour chacun de nous : que ce soit pour les loisirs ou l’économie locale, où est la grille de lecture ? Où sont les réponses aux besoins des pisciacais : des transports en commun mieux adaptés, l’augmentation des places en crèches (secteur particulièrement délaissé), une action massive sur le logement – véritable gouffre du pouvoir d’achat, une amélioration pour les handicapés et les cyclistes sur la voirie, la réduction des déchets ménagers et de la consommation d’eau, des services comme la restauration scolaire laissés aux sociétés privées sans garde-fou. Poissy doit répondre à ces demandes afin d’être vraiment attractive !

« Une ville pour tous »

Si les réalisations en matière d’enfance-jeunesse, de scolarité et de loisirs sont bien développées, si l’iconographie est conforme à l’esprit de l’équipe municipale et renvoie à juste titre aux multiculturalismes (origines nationales, âges, etc.) correspondant à notre ville, le texte ne rend pas compte du travail des associations et de leur utilité en matière de cohésion sociale urbaine, d’entraide. L’art, la culture, participent autant – et peut-être de manière moins stigmatisante –  à la cohésion d’une ville que les politiques dites sociales ou assistantielles …
Il évoque encore moins l’action proprement culturelle en matière de lien social et de partage des valeurs : les spectacles de rue (en particulier les concerts de plein air gratuits), les animations avec des professionnels et les résidences d’artistes, la mise en valeur des différentes communautés, etc. Par ailleurs, Poissy a organisé des spectacles de théâtre hors les murs pour aller à la rencontre de nouveaux publics, comme elle a mis en œuvre des actions prenant en compte les handicaps en tant que potentiels créatifs (spectacles avec des artistes handicapés par exemple) pour que les habitants puissent mutuellement s’enrichir de leurs différences. La solidarité n’est pas qu’un flux de moyens financiers ou de connaissances descendantes des spécialistes vers les profanes mais engage les diversités sociales et culturelles dans des activités communes par lesquelles les personnes se sentent exister ; travail de médiation qui est sans doute bien plus efficace en matière de prévention que les politiques habituellement mises en oeuvre.

« Une ville d’avenir »

On peut regretter que la partie consacrée à l’Agenda 21 se retrouve reléguée en dernière page de ce bilan socialiste, qui ne reflète en rien la majorité plurielle. L’Agenda 21 est un sujet transversal, qui impacte tous les autres. Il aurait du se trouver en début de lecture puisqu’il recoupe les questions d’ordre économique et social. Cette position est en contradiction complète avec l’édito dans lequel le Maire affirme ne pas concevoir l’action municipale comme une superposition de dossiers sans lien.
Il aurait été intéressant de développer la méthode par laquelle cet agenda a vu le jour, en insistant sur la volonté de l’élu en charge du dossier d’impliquer tous les acteurs de la commune : élus, employés municipaux et habitants. La majorité des réunions publiques qui ont été mises en œuvre l’ont été uniquement dans le domaine de l’urbanisme et de l’Agenda 21. Ce dernier a fait l’objet de 6 réunions avec les habitants. Un bel exercice de démocratie participative, souvent évoqué par les élus socialistes mais si rarement mis en œuvre.
Il s’est écoulé 3 ans pour établir le diagnostic de cet agenda. Nous espérons que la mise en œuvre des 17 objectifs se fera avant la fin de cette mandature. Le temps de l’étude est long. Nous voulons des réalisations dorénavant et pas seulement de la « comm ». De même, nous attendons toujours le Plan de mobilité de Poissy.

A Vivre sa ville, nous n’avons pas le « devoir d’enthousiasme » systématique et aveugle qui s’imposerait aux élus coalisés, y compris ceux qui forment nos rangs. Mais, en revanche, nous avons un devoir de cohérence et de transparence vis-à-vis de la population. Nous avons surtout un impératif moral : celui de relever l’absence de concrétisations de cette fameuse démocratie participative – souvent affichée – et de souligner la distance croissante entre les paroles et les actes.