«

»

Les Pieds Nickelés de l’économie à Poissy

Le maire de Poissy a récemment invité au CDA les entrepreneurs pisciacais sur le thème « Les entreprises au cœur du futur pôle métropolitain Paris-Yvelines-Seine-Aval ».

Un meeting politique

C’est en usant de railleries et de contrevérités qu’il a ouvert la soirée devant une salle pleine. Il a ainsi fustigé la course aux diplômes, développant les mérites de l’apprentissage dans une comparaison avec l’Allemagne où quatre jeunes sur dix passent par l’apprentissage contre seulement un sur dix en France. Valoriser l’apprentissage est un bel objectif mais faut-il le faire en dénigrant les études ?

La Chambre de commerce et d’industrie de Versailles-Yvelines a exposé son rôle et l’aide qu’elle peut apporter aux entreprises, informations très utiles.

La suite a tourné au meeting politique où la majorité des présents a joué la claque.

 

Le pôle métropolitain dans la mondialisation

Pierre Bédier, président du conseil général a présenté le futur pôle métropolitain Paris-Yvelines-Seine-Aval qui irait de Mantes à Poissy, regroupant en 2016 six intercommunalités du nord Yvelines.

Pour lui l’avenir de ce territoire repose sur l’aménagement du port du Havre pour recevoir les très gros porte-conteneurs de l’avenir, les terminaux de la mer du Nord (Rotterdam, Anvers, Hambourg…) n’ayant pas un potentiel d’accueil suffisant.

Toujours selon lui, l’arrivée massive de produits chinois devrait profiter à la région en organisant une noria de barges remontant la Seine jusqu’au nouveau port d’Achères. Les marchandises seraient ensuite acheminées jusqu’en Europe du nord par lecanal grand gabarit SeineNord dont le projet vient d’être relancé.

La grande crainte de monsieur Bédier est que les « Khmers Verts » s’y opposent, seule référence indirecte à l’impact environnemental.

En ce qui concerne les transports collectifs, la ligne Eole, qui coûtera la bagatelle de 3.7 milliards €, est présentée comme nécessaire pour relier le futur pôle à la zone d’affaires de La Défense. Bien que Pierre Bédier considère la Tangentielle ouest (TGO) comme une priorité, il va en retarder son prolongement en demandant la modification du tracé pour réaliser l’interconnexion avec le RER A en gare de Poissy. (Voir à ce sujet l’article « TGO : Le tram-train dans les rues de Poissy, quel avantage ? »). Pour ce qui est des infrastructures routières, il affirme son soutien à l’A104, ainsi qu’à une liaison supplémentaire par un pont entre Les Mureaux et Mantes afin de relier l’A13 à l’A15 : « les véhicules du futur seront sans nuisances », ajoute-t-il pour faire passer la pilule !

Un discours ultralibéral

David Douillet, député de la circonscription, a ensuite flatté l’auditoire des chefs d’entreprises créateurs de richesses, regrettant que l’Assemblée nationale ne compte que 55 députés dirigeants d’entreprises. Il faudrait, selon lui, alléger profondément le code du travail qui est un frein au bon fonctionnement des entreprises, accorder la liberté de licenciement, supprimer les 35 heures, revenir à la défiscalisation des heures supplémentaires… Il a ensuite stigmatisé les chômeurs qui profitent des aides sociales sans vraiment chercher du travail. Les bénéficiaires du RSA devraient être soumis à des travaux obligatoires.

Le maire a conclu par des remerciements, en particulier à l’association Cœur de Poissy pour l’organisation de la soirée. Une réunion apolitique ?

Pour une nouvelle économie locale

Bien que la salle ait été majoritairement acquise à ce discours ultralibéral et ses relents de poujadisme, certains se sont inquiétés qu’aucun projet de développement local n’ait été évoqué au cours de la soirée. L’économie n’est pas que mondialisée, elle est aussi une matière vivante, faite de proximité et de solidarité. L’enjeu est de mettre en place une économie locale qui redonne du sens au travail et prépare le territoire aux changements importants : contrainte énergétique, fin de la croissance économique, explosion de la dette publique, changements climatiques. Il s’agit pour cela de promouvoir les circuits courts, le développement durable, la démocratie, l’économie sociale et solidaire, la production locale de l’énergie et des ressources. Autant de pistes pour mettre en place une politique économique du territoire au service de la qualité de vie de ses habitants et de leur besoins vitaux tels que la santé, la nourriture, l’énergie, la culture, l’argent.