«

»

Le maire découvre la voiture électrique.

Voiture electriqueRécemment, la Ville a beaucoup communiqué sur la mise à disposition des services de la Ville par PSA d’une Peugeot iOn et d’une Partner Electric pour 10 jours de test. Karl Olive et quelques élus de la majorité ont pu essayer ces deux véhicules électriques (VE). A cette occasion le maire a déclaré qu’il envisageait d’intégrer ce type de véhicule au parc municipal en fonction des retours d’expérience.
L’expérience de la Ville en matière de VE
Nous nous réjouissons de cette annonce en notant tout de même que le maire ne semble pas savoir que la Ville a déjà acquis une réelle expertise dans le domaine de la mobilité électrique. Poissy a participé au projet Seine Aval Véhicule Électrique (SAVE) en partenariat notamment avec le Conseil général et l’EPAMSA*. A ce titre les services techniques ont utilisé une Kangoo ZE pendant plusieurs mois. Une Citroën Saxo électrique a fait partie de la flotte municipale pendant plus de 10 ans. Nous ne partons donc pas de rien pour prendre une bonne décision.
Des VE dans le parc municipal
Les voitures électriques sont tout à fait adaptées à une flotte captive comme celle de la collectivité. Leur autonomie limitée à 150 km n’est pas un problème puisque les véhicules du parc de la mairie parcourent rarement plus de 50 km dans la journée. Côté environnement, la réduction des gaz à effet de serre est à mettre en avant. Les voitures électriques évitent également le rejet de nombreux polluants (hydrocarbures, dioxyde d’azote, monoxyde de carbone et particules fines), améliorant ainsi la qualité de l’air. Ce qui est fort appréciable puisque les seuils d’alerte de ces polluants sont souvent dépassés à Poissy le long des axes de transit. En outre ce sont des véhicules silencieux et économes en énergie.
Mutualiser les VE
Pertinentes pour les flottes municipales, les voitures électriques le sont aussi pour la mutualisation de leur utilisation. La création d’un pool c’est-à-dire un groupement de voitures mis à disposition des agents de la Ville, permet d’optimiser l’utilisation des véhicules et de rentabiliser les investissements. Plusieurs collectivités ont fait ce choix c’est le cas par exemple du Vésinet. Dans cette commune le pool est géré par un logiciel qui donne en temps réel aux agents des informations sur la disponibilité des véhicules électriques, leur niveau de charge et leur autonomie. En diminuant leur flotte municipale grâce à ce type de dispositif les villes font d’importantes économies budgétaires. Il ne faut pas hésiter à aller chercher les bonnes idées chez nos voisins.
La recharge des VE
En centre-ville, rue du 11 novembre, il existe 2 bornes de recharge accessibles au public et quatre places de stationnement réservées. Emplacements trop souvent squattés par des véhicules thermiques, au grand désespoir des propriétaires de voitures électriques. Mais bonne nouvelle, deux nouvelles bornes devraient être prochainement installées quelque part dans Poissy. Ces équipements font partie d’un programme initié par l’EPAMSA* et 21 villes de Seine aval avec pour objectif d’encourager la mobilité électrique. Ces collectivités organisées en groupement de commande ont choisi SODETREL, filiale d’EDF, pour déployer et gérer un réseau de 150 bornes dans le Nord Yvelines. L’entretien et le suivi de ces bornes sont indispensables pour assurer leur fiabilité. Les bornes existantes à Poissy sont souvent en panne et plus particulièrement les prises de recharge rapide (22 kW).
Pour s’inscrire dans la démarche du développement durable les véhicules électriques doivent être alimentés en énergie renouvelable. Des entreprises françaises proposent pour cela des ombrières photovoltaïques. Il s’agit d’abris de parking équipés de panneaux solaires qui permettent de recharger les véhicules électriques tout en les protégeant de la pluie et des fortes chaleurs.
 
Choisir les bons VE
Il est légitime que le maire désire « retisser le lien entre la Ville et l’entreprise Peugeot, fleuron industriel de Poissy » c’est même un devoir que de soutenir le plus gros acteur économique et le premier employeur de la ville. Mais le modèle de VE qui fait l‘objet de cette action de communication est particulièrement mal choisi. La iOn est un clone de la petite citadine i-MiEV développée par Mitsubishi et construite dans son usine de Mizushima au Japon. PSA est d’ailleurs en pleine réflexion sur ce partenariat, le groupe se donne quelques mois pour penser à la meilleure stratégie de développement de véhicules électriques et à l’opportunité de lancer une chaîne de fabrication. Il faut encourager Peugeot dans ce sens et suivre l’exemple de Renault qui à moins de 20 km de Poissy produit à Flins la ZOE, voiture électrique conçue en France. L’objectif est bien entendu de maintenir les emplois et d’acquérir compétence et savoir-faire dans notre région.
N’oublions pas le constructeur Muses SAS qui développe à Conflans-Sainte-Honorine un utilitaire électrique construit dans les Vosges. Cette jeune entreprise créée suite à un appel à projet du Conseil général des Yvelines, produit le Mooville véhicule qui s’adresse particulièrement aux collectivités locales et aux entreprises. La Ville devrait s’intéresser à cet utilitaire conçu dans notre intercommunalité, la PAC dont Karl Olive est le président.
Dans le domaine de la mobilité électrique, comme dans d’autres, il faut maintenant dépasser le stade de la communication et des déclarations médiatiques superficielles pour mettre en œuvre une politique visionnaire et ambitieuse dans le respect des objectifs de l’Agenda 21 et du Plan d’Action pour l’Energie Durable (PAED)

*EPAMSA Établissement public d’aménagement du Mantois Seine Aval est chargé du pilotage de l’Opération d’Intérêt National Seine Aval.{jcomments on}