Retrait des fonctions de Richard Bertrand

Richard Bertrand, adjoint au développement économique, a été démis de ses fonctions électives par le maire lors du conseil municipal du 17 décembre. Loin de constituer une surprise, cette décision est une suite logique de l’attitude malhonnête et peu constructive du représentant local du Modem.

Vivre Sa Ville n’a pas de difficultés particulières avec le Modem. Durant la campagne des municipales, nous nous sommes réunis au sein d’une même liste, « Poissy 2008 » qui a recueilli 27% des suffrages au premier tour. Au deuxième tour, la fusion avec la liste « Poissy pour tous » a amené une victoire de la gauche à Poissy. Frédérik Bernard a été élu maire. Depuis ces élections, les élus issus de notre association travaillent avec ceux issus des autres composantes de « Poissy 2008 » (dont le Modem) à améliorer la vie des pisciacais et ils le font bien.

Seul Richard Bertrand nous pose problème. Dès juillet 2008 nous avons déploré que le chef du Modem s’approprie purement et simplement les 27% de Poissy 2008. Malgré nos remarques répétées il n’a pas modifié sa communication en indiquant les différentes composantes de la liste qui a obtenu ce score et a persisté dans cette attitude. Par ailleurs, comme nos élus, nous déplorons son manque de solidarité avec les autres élus de la majorité, ses prises de décision unilatérales (le déplacement de la prison), son absence de participation aux commissions de travail et surtout sa communication prématurée dans les media avant même que certains sujets soient débattus en groupe majoritaire. Tous ces reproches, nous les avons exprimé lors d’une une réunion des colistiers de « Poissy 2008 » le 5 novembre 2009. Cela n’a pas suffi à faire évoluer l’attitude de Richard Bertrand.

Ses actes et ce comportement individualiste ne correspondent pas aux valeurs qui nous animent et nous font militer pour l’intérêt des pisciacais. Les récentes menaces, injures et soif de vengeance proférées ne nous semblent pas dignes d’un élu, même fraîchement débarqué.

Nous souhaitons la réussite des projets de la majorité municipale. C’est pourquoi, nous, colistiers de Vivre Sa Ville dans « Poissy 2008 », nous nous déclarons solidaires de cette décision prise par le maire.

 

M. Richard Bertrand a demandé un droit de réponse à cet article :

Lors des élections municipales de mars 2008 j’ai souhaité proposer une nouvelle façon de faire de la politique : respectueuse des différences d’opinion, honnête, pragmatique, hors de toute idéologie réductrice et surtout, résolument tournée vers l’avenir. La liste MoDem « Poissy2008 » avait fait émerger de nombreux projets, mis au point par toutes ses sensibilités. Pour combattre la corruption j’avais accepté de fusionner. Par respect de la Démocratie et confiants dans les garanties de collaboration que j’avais obtenues, j’ai permis à Monsieur BERNARD de devenir Maire.

Ce même respect de la Démocratie aurait donc voulu qu’il respecte cet accord et tienne compte de mon projet. Mais toutes mes démarches dans ce sens ont systématiquement été méprisées par le nouvel Edile. Le Maire reste décideur en dernier ressort. C’est la règle.

A la poubelle le déplacement de la prison,  l’intercommunalité de projet, la création d’une ferme urbaine, la concertation pour le passage d’un Tram-train dans Poissy, l’embauche sans complaisance, l’attribution transparente de logements, la démocratie participative …

Des membres de « Poissy2008 » m’ont ensuite quitté ; certains par intérêt, d’autres par obéissance à un parti. Bravo en revanche à Michèle DE VAUCOULEURS, Annabelle WOELFLE, Philippe MARIETTE et Raymond LETELLIER qui par refus de cautionner de telles pratiques, ont librement renoncé à leurs délégations. Notre carburant n’est pas le pouvoir mais l’action !

Il m’est reproché de n’avoir rien fait. En deux ans, j’ai fait s’installer à Poissy l’entreprise TRAPIL (200 salaries), augmenté la fréquence des bus de la gare au Technoparc, créé un fond de garantie pour aider les entrepreneurs locaux, fait venir près de 1000 chefs d’entreprises à des petits déjeuners afin de créer un réseau économique local, permis à la société ENVIRONNEMENT SA de doubler sa surface, lancé un projet de logement pour les jeunes travailleurs, changé le statut de l’office de tourisme pour le moderniser, aider des jeunes à monter leurs entreprises, etc.

J’aurais voulu et pu faire beaucoup plus mais, ligoté, il en a été décidé autrement.

Richard BERTRAND