«

»

L’école Elsa Triolet n’ouvrira pas à la rentrée.

Ecole Elsa TrioletLe maire a annoncé le 20 mai lors de la réunion de quartier Saint-Exupéry qu’il ne donnerait pas l’autorisation d’ouverture de la nouvelle école à la rentrée prochaine. Le bâtiment sera livré à la fin du mois de juin mais le maire a décrété que les conditions de sécurité ne seront pas réunies en septembre pour accueillir les enfants. Il s’agit d‘une position de principe, d’une posture politique d’un opposant à la création de cette école.
 
Des arguments peu convaincants
Nous avons été les premiers à dénoncer les conditions dans lesquelles s’est construit  le projet (lire à ce sujet l’article « L’école des occasions manquées ») mais puisque l’école est terminée, il faut l’utiliser sans attendre. En retardant l’ouverture, le maire a oublié  l’intérêt des enfants qui s’entassent matin et soir dans les bus du ramassage scolaire.Il n’a pas pris en compte la simplification que cela va apporter aux familles du quartier ni l’espace que cela va donner  aux enfants des écoles Molière et La Fontaine. Il  va ainsi empêcher d’améliorer cette année les conditions de la restauration scolaire dans ces écoles qui manquent cruellement de place.  Les arguments avancés pour ne pas ouvrir en septembre ne sont pas vraiment sérieux. Il est tout à fait possible en trois mois, pour un maire qui clame partout qu’il veut aller vite, d’aménager les accès, d’installer un visiophone et de clôturer  cette nouvelle école.
Un budget qui s’envole
Nous avions prévenu le maire de l’époque que le budget du projet était sous-évalué. Ce qui s’est vérifié puisque on nous annonce que le prix de l’équipement passerait de 5 à 9 millions d’euros en prenant en compte les voies d’accès et les aménagements extérieurs. Il faut rapprocher ce montant de celui de la restructuration de l’école des Sablons décidée par M. Masdeu-Arus (création de 8 classes) qui avait coûté 8,3 millions d’euros en 2007.  Le réfectoire de la cantine du groupe scolaire n’avait pas été agrandi à cette occasion, ce qui avait été une bêtise a reconnu Monsieur Karl Olive lors de la réunion du 20 mai dernier.