ICADE à Poissy, le désengagement coupable d’un bailleur.

Le quartier de Beauregard a été construit en grande partie à la fin des années 1950 pour loger les employés du constructeur automobile SIMCA. Le parc de 2060 logements a été géré par un bailleur unique pendant plus de cinquante ans, la SCIC devenu ICADE, filiale de la Caisse des dépôts.
 
 
Le désengagement du bailleur
A partir de la fin des années 1990 le bailleur a eu une politique de vente de ses appartements aux locataires. On compte actuellement 336 logements en copropriété notamment dans la tour Diane, le Clos Céleste, la Tour de Côte, le Castillan… Les nouveaux propriétaires se sont organisés en 8 copropriétés. A ce jour ICADE assure encore la gestion locative de quelques logements au sein de ces copropriétés.
 
 
 La vente par lots
Entre 2008 et 2010, la grande majorité des bâtiments et des espaces extérieurs du quartier a été vendu à cinq bailleurs sociaux :
– VILOGIA : 416 logements :
– DOMNIS : 629 logements
– OPIEVOY : 328 logements
– SOVAL : 180 logements 
– TOIT ET JOIE : 171 logements 
Les locaux commerciaux de la place Racine et de la place Corneille ont été vendus en 2011 à la société Valréam.
Les 8 copropriétés, les 5 bailleurs sociaux, le propriétaire des commerces et la Ville se sont regroupés en ASL afin d’assurer l’entretien du chauffage collectif, de la voirie, de l’éclairage public, des espaces verts et de certaines aires de jeux.
 
 
Un comportement inacceptable
Vivre Sa Ville ne comprend pas le désengagement d’ICADE qui dans un premier temps a déconventionné ses logements sociaux pour en augmenter les loyers puis a vendu ses appartements alors qu’ils étaient amortis après plus de 40 ans de loyer et construits à l’aide de financements publics. Il s’agit d’une opération purement financière destinée à rémunérer les actionnaires d’ICADE, introduit en bourse depuis 2006, avec de l’argent public.