Le Pisciacais, tribune de mai 2019 : Monsieur le Maire en campagne électorale, suite

Se mettre en avant en permanence : nous n’avons que l’embarras du choix pour illustrer nos propos.
Ainsi, avant même l’entrée officielle en campagne prévue pour septembre d’après Le Parisien, Karl Olive apparaît au centre de la photo publiée par ce même journal, bras grand ouverts, comme flottant au-dessus (et non avec) ses supporters de Cœur de Poissy, clairement en arrière-plan. Une vidéo montrant des personnalités félicitant Karl Olive pour son anniversaire a clos la soirée. Le culte de la personnalité est parfaitement soigné ! Quel intérêt pour les habitants de Poissy ? 

Autre exemple : l’article du Pisciacais n° 178, relatant la visite de jeunes journalistes allemands à Poissy.  
Nous apprenons que leur but est de « rencontrer de jeunes Français, nés en 1992, année de signature du traité de Maastricht, pour un reportage sur l’Europe unifiée, démarche […] également effectuée [à] Pirmasens », dans le cadre d’un projet de web-série. En guise de jeunes nés en 1992, nous voyons sur la photo messieurs Olive et Bloch. Le reste de l’article porte sur l’intervention de Karl Olive auprès de ces jeunes Allemands. (Il nous est rappelé au passage qu’il est journaliste de métier, pour ceux qui l’ignoreraient encore). 
Quels jeunes ces étudiants en journalisme ont-ils rencontrés ? Comment les contacts avaient-ils été pris, sous quelle forme et où les échanges se sont-ils déroulés, qu’en est-il ressorti ? Mystère ! A la veille des élections européennes, ce sont pourtant ces données qui sont intéressantes et constructives.

Le décalage entre communication et information est flagrant. La même divergence existe entre journalisme à sensation et journalisme d’investigation…

En France en 2019, en sommes-nous toujours à attendre et à encenser l’homme providentiel ? N’est-il pas temps de passer à une gouvernance collégiale pour l’exercice d’une véritable démocratie ?