Le Pisciacais, Tribune d’octobre 2018

1) Inélégance et déni de démocratie
L’histoire se répète : une fois de plus Vivons notre Ville n’a pas eu l’autorisation de participer au forum des associations. La demande a pourtant été faite dans les délais requis.

Certaines associations à vocation politique, telle que celle de Karl Olive, ont droit de cité mais pas Vivons notre Ville qui est pourtant plus ancienne et tout aussi citoyenne que Cœur de Poissy, où le maire intervient régulièrement et qui est toujours présente au forum.

Il ne s’agit nullement d’un manque de place (cette année, comme les années précédentes, des stands étaient restés libres et notre présence n’était pas plus autorisée) ou d’un oubli, car ce refus se répète chaque année.

Dans la mesure où Vivons notre Ville fait partie de l’opposition au maire, ce dernier, en refusant cette visibilité, commet non seulement une faute d’honneur – ce manque d’élégance est décidément récurrent – mais encore un déni manifeste de démocratie. À ses yeux, l’expression associative n’est légitime que lorsqu’elle ne contredit pas sa politique. Une bien curieuse conception de la démocratie !

2) Rappel du sondage du collectif Alternatives en Vallée de Seine
Vivons Notre Ville s’est engagée dans le collectif pour agir efficacement auprès de la communauté urbaine GPS&O, devenue décisionnaire dans de nombreux domaines auparavant gérés par chaque ville. Il en est ainsi de l’élaboration d’un plan climat air énergie (PCAET), obligation légale pour la GPS&O d’ici fin 2018.
Que voulons-nous pour notre territoire ? Nous avons mutualisé nos questionnements et expertises pour vous proposer 87 mesures concrètes. Par exemple, des cuisines centrales intercommunales pour alimenter les cantines, davantage de produits locaux et bio, des forêts sanctuarisées, la végétalisation des villes, une valorisation des bords de Seine avec une piste cyclable. Votez pour les mesures que vous souhaitez en priorité ! http://bit.ly/PCAET_GPSEO