«

»

Interventions des élus de Vivons notre Ville au conseil municipal du 29 janvier 2018

-1- Enquête publique Tram 13 express

 Vivons notre Ville est favorable au tracé initial et ce, notamment, pour les raisons suivantes : 

  • Le projet précédent que vous utilisez pour nous accuser d’avoir la mémoire courte a très rapidement été rejeté par Vivons notre Ville à cause des contraintes très fortes du milieu urbain.
  • La Tangentielle Ouest devait être mise en service en 2019. La demande du maire de Poissy d’un passage en ville retarde cette mise en service d’au moins sept ans. Quel dommage pour un projet attendu par les futurs usagers depuis si longtemps.
  • L’allongement du temps de parcours : pour une liaison Nord-Sud qui se veut Express, on annonce une augmentation de « seulement » quatre minutes ? Cela nous paraît très optimiste. Les études a posteriori montrent qu’en milieu urbain dense où les modes de transport sont partagés (automobile, vélos, piétons) les vitesses sont inférieures aux estimations. Par exemple, la Cour des Comptes indique qu’à Paris le T3 circule à 16 km/h au lieu des 20 annoncés par la RATP.
  • On nous vante avec le tracé urbain une liaison rapide vers Saint-Germain. Comment serait-ce possible puisque on serait contraint à une correspondance à Saint-Germain Grande Ceinture ? La liaison en bus actuelle en site propre est très rapide (environ 7 minutes). Cette ligne de bus sera-t-elle supprimée pour justifier le tracé urbain ?
  • On nous promet une baisse de trafic de 20 % à l’horizon 2016. Or, les porteurs du projet, lors d’une réunion avec les associations au siège d’Île de France Mobilités le 7 décembre 2017, avouaient que cette baisse ne viendrait pas d’un changement de comportement des usagers mais plutôt de la réduction des voies contraignant mécaniquement la circulation et entraînant un report de flux sur les voiries adjacentes.

Sur le même sujet, la Cour des Comptes, encore elle, avait jugé en 2010 le report du trafic automobile vers le tramway surestimé par le STIF et la RATP.

  • Le tracé urbain aurait pour avantage de relier les gares de Grande Ceinture et celle du RER. Premièrement, la station Poissy RER prévue n’est pas franchement à côté de la gare SNCF actuelle. Ensuite, aucune étude sérieuse n’a été menée sur la liaison qui pourrait être mise en place dans le cadre du tracé initial, par exemple par des navettes électriques autonomes (qui sont pourtant testées dans d’autres villes d’Île de France).
  • Que dire de l’impact des travaux pendant cinq ans sur les riverains et la circulation déjà problématique ?
  • Les inquiétudes exprimées quant aux nuisances sonores et de vibrations restent vives, notamment pour l’école maternelle Péguy qui sera proche de la rampe de décrochage, les réponses des porteurs du projet n’ont pas été convaincantes sur ce point.
  • Où seront replantés les 300 arbres qui seront abattus ? Ailleurs qu’à Poissy ? Comment compenser ce qui contribue au bien-être des habitants ?
  • Les chiffres annoncés sur le nombre de personnes concernées (37000 au lieu de 7000) sont une bonne illustration de « je fais dire aux chiffres ce qui m’arrange ». La fréquentation prévisionnelle (17000 au lieu de 10500) est bien moins mise en avant. Parce que moins favorable au tracé urbain ?
  • Alors que tous, particuliers, collectivités territoriales, État, sont contraints à faire des économies, le tracé urbain représente un surcoût de 115 M€, ce qui à nos yeux est un gaspillage de l’argent public donc de nos impôts.
  • Il est fortement regrettable que les porteurs du projet de tracé urbain n’aient pas cru bon de chercher à mettre en cohérence ce projet-ci avec d’autres projets importants comme la restructuration de la gare, l’arrivée d’EOLE, la requalification de la RD 190.

Pour ceux que cela intéresserait, ces arguments ainsi que d’autres sont détaillés sur le site web de Vivons notre Ville que je vous encourage vivement à consulter.

Nous voterons donc Contre.

-2- Débat des orientations Budgétaires 2018

Comme vous le rappelez en préambule, le débat d’orientation budgétaire est un moment important dans la vie municipale pour connaitre les orientations choisies, pour en débattre, pour poser des questions et faire des propositions.

Je m’intéresse particulièrement au secteur culturel.

Vous évoquez les établissements publics en soulignant notamment les bonnes performances du théâtre. Nous nous en réjouissons. Afin de nous faire par nous-mêmes une idée de la bonne gestion qui y préside, nous demandons à avoir communication des budgets et des comptes administratifs relatifs au théâtre, au conservatoire, et également au CCAS.

Concernant les services municipaux, le document de synthèse présenté précise que « Tout en maîtrisant ses dépenses de fonctionnement, la qualité du service public aux Pisciacais sera maintenue ». Or, « les réductions d’effectifs, la réduction des remplacements ou le recrutement différé des remplaçants », affirmés comme principes dans votre méthodologie pour « contenir l’augmentation de la masse salariale », nous apparaissent contre-productifs en terme de qualité du service public.

J’illustre mon propos par l’exemple de la médiathèque Christine de Pizan. La ligne budgétaire destinée au renouvellement du fond (livres, vidéos, films, BD, etc.) et qui est le cœur de métier des médiathèques/bibliothèques, a été réduite depuis 2014 de 70 %. Vous avez bien entendu ! Moins 70 % sur cette ligne ! Comment affirmer après que la qualité du service public est maintenue ? Les usagers ne s’y trompent pas. Plusieurs m’ont rapporté leur désappointement devant cette situation. Et cette déception s’étend jusqu’à certains membres de votre propre majorité.

Suite à la longue fermeture de l’établissement l’an dernier, vous vous êtes engagé, à deux reprises en conseil municipal et au moins une fois en réunion publique, à redonner à la médiathèque les moyens dont elle a besoin pour assurer toutes ses missions et retrouver l’ensemble de ses usagers. Cette promesse se concrétisera-t-elle dans le budget 2018 ?

Nous y serons très attentifs.

D’autre part, lors des vœux au forum Armand Peugeot la semaine dernière, vous avez annoncé, monsieur le maire, que la Ville est à la recherche de locaux pour le conservatoire. Cette information nous a surpris. Cela signifie-t-il que le projet de pôle culturel, dont vous aviez défendu le principe dans vos promesses de campagne, est abandonné ? Ce serait vraiment dommage pour la culture car ce pôle ne devait pas abriter que le conservatoire dans la totalité des disciplines enseignées (avec un besoin de surface estimé à 2 800 m², mais aussi le musée d’art et d’histoire, un auditorium de 500 places, une salle remplaçant l’actuel CDA, l’intégration de la salle Blanche de Castille, des salles de réunion, etc.

Quelles précisions pouvez-vous donner ce soir ?

Je profite de cette intervention pour renouveler le vœu d’une réunion régulière de la commission Culture pour échanger sur les projets (dont le musée Le Corbusier), les actions, les manifestations culturelles, et bien évidemment pour être associée au devenir du conservatoire.

Concernant le personnel, vous annoncez vouloir récompenser les agents pour leur implication dans l’effort d’économie voulu par la Ville. Nous serions d’accord sur le principe de reconnaître le grand professionnalisme des personnels et leur sens du service public. Mais nous ne sommes pas d’accord pour une prime fondée sur le mérite, notion vague, totalement subjective et donc souvent contestable. Introduire chez les agents une course à la prime nous parait détestable et nous fait trop penser à certaines pratiques condamnables du secteur privé.

Nous aimerions aussi avoir un bilan détaillé du dispositif Poissy bien-être, permettant aux agents de bénéficier de deux heures de sport par semaine sur leur temps de travail.

Combien d’agents utilisent ce dispositif ? Quel est le coût global de ces deux heures non travaillées ?

Enfin, toujours dans votre méthodologie, vous affirmez un non renouvellement des agents contractuels. Or, une délibération sera tout à l’heure soumise au conseil municipal pour permettre le recrutement d’agents contractuels !

Je vous remercie de votre attention et des réponses que vous apporterez à nos questions.

-8- Révision du Plan Local d’Urbanisme, concernant le projet de réimplantation de la Maison de Fer, dans le parc Meissonier.

-9- Permis de construire pour la reconstruction de la Maison de fer, dans le parc Meissonier.

Comme nous l’avons déjà dit dans le passé, bien qu’étant favorables à la reconstruction de la Maison de Fer, nous sommes opposés au lieu qui a été choisi qui entraine la destruction du Théâtre de verdure, ce qui est fort dommageable.

Vous ne serez donc pas étonnés que nous votions Contre ces deux délibérations.

En réponse à cette intervention, le maire indique qu’aucune remarque n’a été enregistrée au registre de la consultation publique. Vivons notre Ville avait adressé au préalable une lettre dont il n’a pas été fait état : Maison de fer – contribution VnV – 23 juin 17