«

»

Interventions des élus de VNV au conseil municipal du 27 mars 2017

Décisions du Maire 1 à 15

Dans la série des conventions de mise à disposition de la salle Blanche de Castille et de salles de sport, pourquoi celles des associations de théâtre amateur sont-elles « à titre payant » ? Et d’ailleurs, que signifie précisément « à titre payant » ? Que recouvre le montant dû ? Les compagnies de théâtre présentées à Blanche de Castille en tant que « scène professionnelle »(Mimodrame, Coup de théâtre, Helora), semblent exonérées d’une quelconque redevance alors même qu’elles sont hébergées plusieurs jours en résidence.

De même, les associations sportives bénéficient de mise à disposition parfois assez longues sans qu’il leur soit réclamé un montant. Nous constatons une nouvelle fois que, décidément, la culture, et tout particulièrement celle qui repose sur les pratiques amateurs, est bien mal traitée dans notre ville. Il nous semble qu’il faudrait au contraire accorder la gratuité à ces troupes amateurs, considérant leur contribution à la vie culturelle pisciacaise et sachant qu’elles n’ont que très peu de moyens financiers. En revanche, les compagnies professionnelles pourraient, elles peut-être, s’acquitter d’une participation financière. Nous demandons solennellement la mise à disposition gratuite de la salle Blanche de Castille et de toute autre salle municipale, afin de permettre à nos troupes de théâtre amateur de se produire chez elles, devant leur public.

 

Délibération 3

Objet : Implantation du club du « Paris Saint Germain » à Poissy. Approbation d’un protocole d’accord entre le Département, la ville de Poissy et Paris Saint-Germain Training Center

Notez bien que nous ne nous prononçons pas sur le bien-fondé du projet d’installation du PSG à Poissy qui n’est pas le sujet de cette délibération mais sur le protocole d’accord sensé formaliser les engagements des différentes parties : le club, le département et la ville. Or ce n’est pas le club qui s’engage, mais une société en nom collectif au capital de 37000 €, créée, semble-t-il, pour l’occasion et représentée, nous dit-on, par « Monsieur Jean-Claude Blanc, en sa qualité́ de cogérant ». Ce statut de SNC (société en nom collectif) n’étant pas très courant, il nous paraîtrait utile d’en connaître tous les associés. Qui sont-ils ? Et quelles garanties avons-nous de la part d’une société de cette taille pour un projet de cette ampleur ? Quant au projet, nous n’en savons que peu de choses. Aux dires des services techniques de la Ville en charge du dossier, nous n’en savons guère plus que ce que le PSG nous en a dit. Pouvez-vous nous donner un calendrier un peu plus précis, notamment en ce qui concerne la consultation de la population concernée, par exemple par le déplacement de la rue de la Bidonnière ? Car, bien qu’un peu éloignés du centre-ville, ils restent des Pisciacais dont les intérêts nous tiennent à cœur. Et en matière d’environnement, qu’en est-il ? Gestion de l’eau, Espace Paysager Protégé, compensation avec « absence de perte nette de biodiversité » prévue par la loi sur la Biodiversité, autant de préoccupations pour lesquelles nous souhaitons avoir des réponses précises. Nous sommes impatients d’en savoir plus. Vivons Notre Ville votera contre cette délibération. Délibération 2

Objet : Cadre général de la protection fonctionnelle pour les agents.

Pourquoi cette délibération?

On nous propose une délibération comme si nous devions nous-même marquer une décision qui émane de notre collectivité. Alors que nous n’avons jamais eu l’initiative d’un tel dispositif ! La loi et les décrets d’application dictent les règles de conduite dans les domaines décidés par le législateur. Cela s’impose à tous ! Aussi, nous ne  voyons la nécessité de voter cette délibération. Les conseils municipaux n’ont pas à approuver ou dénoncer un texte de loi. La loi sur la protection fonctionnelle et les décrets d’application qui l’accompagnent sont très précis. La protection fonctionnelle fonctionne depuis des années sans jamais que les institutions ou les agents les aient remis en cause. Ces dispositions sont applicables partout et sans besoin d’ajout.

Alors pourquoi proposer un tel cadre ?

Nous ne participerons pas au vote

Délibération 8

Objet : Délégation de service public. Approbation et autorisation de signer l’avenant n°9 relatif au contrat de délégation de service public pour la restauration scolaire et municipale de la Ville de Poissy

La suppression de 4 postes pris jusque-là en charge par la SOGERES est une conséquence logique de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Vous proposez d’utiliser cette économie pour diminuer le prix des repas scolaires. Toutefois, la baisse constatée est vraiment infime, et les parents ne s’en rendront même pas compte. Nous proposons que l’économie sur les postes supprimés soit réutilisée pour créer des postes d’animateurs, ou au moins augmenter les heures d’animation dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires. Cela répondrait à un grand besoin. D’autre part, je rappelle que Vivons notre Ville n’a jamais approuvé la reconduction de la délégation de service public à la SOGERES, estimant que la restauration scolaire devrait être traitée en régie directe.

Nous nous abstiendrons.