«

»

Le Pisciacais, tribune de novembre 2016 – Les comités de quartier, un dispositif citoyen

Les comités de quartier, un dispositif citoyen

A Poissy, nous avons des « référents » de quartier. Ce n’est certes pas inutile pour communiquer des informations de la municipalité vers la population et réciproquement mais une telle disposition n’a pas vraiment d’incidences en matière de démocratie locale.

Les comités des quartier, en revanche, permettent aux habitants d’exprimer non seulement des avis, des souhaits mais encore des craintes ou des désaccords sur ce qui existe. Les « référents » correspondent à une logique de représentation alors que les Comités permettent différentes formes d’expression directe. La participation des habitants aux décisions locales ne peut passer uniquement par les élus (a fortiori quand le quartier n’a pas d’élus) ou les associations. C’est à une échelle familière de proximité que la confiance peut faciliter la prise de parole, comme le montrent, près de nous, les communes de Carrières, Chambourcy ou de Villennes.

Certaines villes (par exemple Cachan) mettent en ligne tous les comptes-rendus de ces réunions, ce qui est un gage de transparence et favorise la réflexivité : le sentiment de participer à la vie locale et le fait de se sentir concerné par les affaires publiques.

A partir d’enjeux très locaux, les habitants comprennent assez rapidement les logiques municipales plus globales, ce qui donne à ces instances une vocation presque pédagogique.

Même les très modérés textes officiels (en particulier la loi de 2002 relative à la démocratie de proximité) édictés sous la présidence de Jacques Chirac soulignent les vertus d’animation de la vie de quartier, d’expression citoyenne et de lien social des comités des quartier.

A moins, M. le Maire, que vous ne considériez la démocratie locale directe et participative comme inutile, pourquoi ne pas instituer à Poissy de tels dispositifs ?

Jeanne Pothier / Eric Fakzon