«

»

Le Pisciacais, la tribune d’octobre 2016 – Transparence

Transparence

Mot magique entendu dans les campagnes électorales, prometteur d’ouverture, garantie d’une grande sincérité et d’une parfaite honnêteté car, étymologiquement, ne cachant rien.

Slogan repris plusieurs fois par notre premier édile en 2014  et superbement confirmé par un « Plus que jamais, nous vous devons la transparence ! ».

Force est de constater qu’il y a loin des paroles aux actes

Estimant que sous le précédent mandat la gestion financière avait été calamiteuse, le maire a commandé un audit pour le démontrer. À ce jour, les conclusions de l’audit n’ont toujours pas été publiées. Transparence ?

Les commissions municipales, qui rassemblent élus majoritaires et minoritaires pour débattre des sujets d’intérêt local, doivent se réunir avant chaque conseil municipal. La commission culture se réunit une fois par an, et simplement pour information ! Pas d’échanges sur les décisions prises, leur mise en œuvre, les coûts engendrés. Transparence ?

Le maire jouit d’une délégation de pouvoirs pour une meilleure efficacité dans la gestion des affaires courantes. Il doit en rendre compte à chaque conseil municipal. Or, les conseillers n’ont qu’une liste de titres alors que certaines de ces décisions sont importantes comme la tarification des services publics. Les élus d’opposition ont déjà réclamé maintes fois des précisions sur ces arrêtés, en vain. Transparence ?

Les comptes de la SEMAP, du théâtre, du conservatoire, structures publiques relevant de la ville, ne sont jamais communiqués. Transparence ?

Mettre ses actes en conformité avec ses promesses ne coûte rien au maire. En revanche, ne pas le faire apporte de l’eau au moulin de ceux qui se détournent de la politique.