«

»

La paille et la poutre

citoyennetéDécidément, le maire de Poissy et plusieurs de ses élus sont incorrigibles ! Non, nous ne cherchons pas à paraphraser ainsi la dernière tribune de la majorité municipale parue dans Le Pisciacais de juin. Il s’agit simplement d’une réponse à un texte volontairement polémique et méprisant.

Son auteur, qui fustige un prétendu « dogmatisme qui tourne au ridicule » dans lequel se « draperait » l’opposition municipale, serait mieux avisé de considérer le comportement de la majorité municipale et le sien en particulier, à notre égard.

À vouloir à tout prix qualifier Vivons notre Ville de « vert » ou d' »écologiste » en référence à un parti politique illustre une mauvaise foi assumée.

Vivons notre Ville est une association citoyenne, libre de tout engagement politique au sens partisan du terme. Mais certains élus de la majorité ne peuvent l’admettre … Il semble que cela les dérange, sans doute par ignorance de ce qu’est la citoyenneté.

La citoyenneté se définit par une attitude civique et une participation active à la vie de la cité. Elle se construit au quotidien, et constitue un élément important d’intégration.

Les associations citoyennes comme Vivons notre Ville contribuent à la vie démocratique et à la cohésion sociale. Elles sont au service du bien commun.

« Face à la crise économique, financière, environnementale et démocratique actuelle, les mouvements de citoyens associés se multiplient pour construire des solutions, que ce soit au niveau local ou mondial, et indiquent les contours d’une initiative globale. »

Citation de Didier Minot, ingénieur agronome de formation, qui travaille depuis quarante ans sur les démarches participatives.

Depuis plus de vingt ans, Vivons notre Ville s’affirme comme un incontournable acteur de la vie locale, interroge sur les questions d’actualité qui trouvent écho dans notre vie de tous les jours, formule des propositions, participe pleinement au débat municipal. L’écoute, le dialogue, la solidarité, constituent le fondement de sa démarche. Cette attitude d’ouverture illustre le principe républicain de fraternité.

La majorité municipale pratique quant à elle, l’échange et le dialogue a minima. Il n’est qu’à suivre les (maigres) aventures du CODES, instance dite de concertation mise en place en 2014 …

 

Mais, comme le rappelle si bien la parabole,

« Ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère » …

Vivons notre Ville – juillet 2016