«

»

Projet de l’Autoroute A104

L’Etat s’accroche à l’A104

A104La donne a changé.

Le 24 octobre 2006 le ministre de l’équipement M. Perben a décidé de retenir le principe du prolongement de la Francilienne entre Mériel et Orgeval en choisissant le tracé vert qui passerait par Conflans, Achères, Carrières et Poissy.

Depuis cette lourde décision le paysage politique a bien évolué, les questions environnementales et climatiques se font de plus en plus pressentes, le prix du pétrole n’a cessé d’augmenter et les caisses de l’état sont vides.

Les municipalités opposées au projet.

L’ensemble des communes situées sur le tracé vert dans les Yvelines est opposé à l’A104. Les Maires des villes de Conflans, Poissy, Carrières, Orgeval étaient en tête de la manifestation qui a réuni le 8 juin 2008 plusieurs milliers d’opposants à la Francilienne. Voilà une nouvelle donne qui inquiète l’Etat et en tout cas qui ne va pas faciliter sa tâche.

 

Le Grenelle de l’environnement remet le projet en question.

Les dispositions issues du Grenelle de l’environnement devraient limiter la construction de nouvelles infrastructures autoroutières à la résolution des cas de contournement, de sécurité et de congestion, ou d’intérêt local.

Le projet A104 répond-t-il à une de ces conditions ? Pas si sûr en effet :

– les objectifs fixés par le maître d’ouvrage ne font pas de la Francilienne une voie de contournement, en tout cas pas pour Poissy.

– les études techniques indiquent que l’A104 ne résout pas les problèmes de sécurité ou de congestion. Bien au contraire, le trafic se reportant sur l’A13 déjà saturée va se déverser sur les axes de Poissy.

– le Débat Public a montré que le projet n’avait pas d’intérêt local mais qu’il répondait plutôt à des intérêts particuliers ceux de constructeurs automobiles et des grandes entreprises de travaux publics.

SI l’Etat est cohérent avec cette politique et si les lois du Grenelle sont votées alors il faudra rejeter très naturellement le projet.

 

 

Le pétrole rare et cher.

Les comportements en matière de déplacements routiers évoluent à la baisse par le simple fait de la hausse des carburants. Le renchérissement durable de l’énergie modifie en profondeur les prévisions de trafic du Maître d’Ouvrage de l’A104 à l’horizon 2020. La raréfaction du pétrole remet en cause le bilan économique du projet et incite plus que jamais à trouver des modes alternatifs à l’autoroute pour les déplacements et le fret dans la région.

Passage en force ?

Pourtant l’Etat ne semble pas disposé à revoir sa copie et continue à vouloir imposer son projet.  La Région Île de France aurait été contrainte d’inscrire l’A104 dans son Schéma Directeur (SDRIF) pour que son plan soit validé par les instances de

l’Etat.

 Une autoroute à Péage.

Mais les caisses sont vides et l’Etat n’a pas la capacité de financer les 2,3 milliards d’euros que coûterait le projet. Le maître d’ouvrage envisagerait  maintenant de confier l’infrastructure au privé dans le cadre d’un PPP (Partenariat Public-Privé) ce qui veut dire que l’autoroute serait à péage. Un péage qui va à l’encontre d’une infrastructure de contournement et d’intérêt local pour Poissy.

 

Trouver des alternatives

Plus que jamais il faut refuser ce projet d’un autre âge et faire preuve d’imagination pour trouver des solutions de déplacements qui ne nécessitent pas de dépense somptueuse et minimisent l’impact sur l’environnement et la santé.

Vivre Sa Ville Septembre 2008

A104