Conférence sur les AMAP

VIVRE SA VILLE ORGANISE UNE SOIRÉE D’INFORMATION SUR LES AMAP*

*Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne

Mercredi 3 Décembre 2008 à 20h
Salle Blanche de Castille
49, Avenue Blanche de Castille à Poissy
(Bus ligne 50 jusqu’à 22 h30)

Covoiturage à 19h45 sur la place de la mairie (nous écrire à vivresaville@noos.fr si vous êtes intéressé)

Entrée gratuite

Panier AMAP

• Avec Claire Lamine, sociologue à l’INRA (Institut National de Recherches Agronomiques) auteur de l’ouvrage « les AMAP : Un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? »
• Avec Freddy Letissier, agriculteur Bio membre du réseau AMAP-IdF.
• Avec Michel Schalamon, président de l’association Jardins de Poissy.

• Projection d’une vidéo de 20 mn sur les AMAP.

 

Peut-on se nourrir et consommer autrement ?

 

Oui, plusieurs milliers de personnes y parviennent en France dans le cadre d’une AMAP.
« Une Amap, ou Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, regroupe des consommateurs autour d’un producteur local.
Sur la base d’un contrat d’engagement durable, le producteur s’engage à fournir à ces consommateurs un « panier » par semaine, généralement de légumes. De son côté, le consommateur accepte de payer par anticipation et de participer à la mise en vente de la production » (Claire Lamine).
Participer à une AMAP permet de recevoir régulièrement des produits frais et de saison, l’agriculteur s’engageant sur la qualité et la diversité de ses produits. L’agriculteur parvient à assurer cette production grâce à la solidarité et l’implication dont les adhérents font preuve, le partage des récoltes étant en outre un moment de convivialité.
Il existe plus de 120 AMAP dans la région parisienne.

 

La création d’une AMAP est-elle possible à Poissy ?

 

Dans le cadre d’une véritable politique du développement durable, ce projet permettrait :
• de valoriser le foncier agricole de la commune,
• de préserver la boidiversité,
• de respecter les saisons dans la production des fruits et des légumes,
• de privilegier des produits bios et de qualité,
• de réduire, tout en mangeant local, les circuits entre producteurs et consommateurs,
• de donner la priorité aux produits frais et de préférence en vrac.