«

»

Pour une intercommunalité librement choisie.

CarteSeineAvalLors du conseil municipal du 22 juin 2015, les élus de Vivons notre Ville ont voté contre l’arrêté du Préfet des Yvelines définissant le périmètre de la future structure intercommunale « Grand Paris Seine Aval » (405 000 habitants, 73 communes de Poissy à Mantes, soit la fusion de 6 communautés d’agglomération et de communes).

Absence de cohérence des bassins d’emplois
En effet, le périmètre proposé par le préfet pour cette future intercommunalité n’est ni cohérent ni pertinent d’un point de vue économique : Grand Paris Seine Aval n’est pas un bassin d’emplois au sens de l’INSEE, mais l’addition de trois bassins : Mantes, Les Mureaux et Poissy. Le territoire Seine Aval est nettement divisé entre l’est, tourné vers Mantes et Flins, et l’ouest qui regarde vers Poissy et l’agglomération parisienne.
Dans ses études sur les déplacements, l’INSEE indique que la Seine Aval retient assez peu ses salariés puisque seuls 43% des résidents y travaillent. Ainsi, outre son caractère hétérogène, la Seine Aval n’est pas un territoire économique ayant sa propre dynamique.

Absence de cohérence des bassins de vie
Les conditions de cohérence et pertinence ne sont pas non plus réunies au regard des bassins de vie : Grand Paris Seine Aval est en fait l’amalgame de 3 bassins de vie autours de Mantes, Les Mureaux et Poissy, aux réalités très différentes avec un total de 73 communes.
Le bassin de vie constitue le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants. L’appartenance à un bassin de vie se concrétise par des déplacements intra-urbains forts au sein d’un même bassin.
Or on constate qu’il n’y rien de commun entre les zones Est et Ouest de la Seine Aval. Ses 400 000 habitants n’ont pas les mêmes flux de déplacements internes pour aller étudier, pour effectuer leurs démarches administratives et leurs achats, pour accéder à leurs loisirs et à la culture.

Pas d’identité Seine Aval
On peut ajouter à ce tableau une dimension plus subjective, qui est le « sentiment d’appartenance commune ». Il n’y a pas d’identité Seine Aval.

Des compétences disparates
En matière de gouvernance, Grand Paris Seine Aval serait le résultat de la fusion de 6 intercos existantes qui n’ont rien de commun entre elles en termes de compétences déléguées, de syndicats intercommunaux, d’intégration de services, ni en matière de fiscalité et d’endettement. Comment, dans ces conditions, Grand Paris Seine Aval pourrait-elle être en capacité d’élaborer un projet commun et surtout un budget commun ? Comment cette structure pourrait-elle créer de la rationalisation efficace pour le citoyen ? En fait, il y a tout lieu de penser que Grand Paris Sein Aval sera un mastodonte ingouvernable, une nouvelle strate administrative gigantesque, coûteuse et sans mutualisation possible les premières années avec un fort risque de hausse d’impôts.

Un projet contesté par de nombreuses communes
D’ailleurs de nombreux maires, en particulier de communes rurales, ne s’y sont pas trompés et contestent le projet. Pierre Bédier lui-même a déclaré « Je ne crois pas du tout à ces super intercos ».
Preuve en est, 36 communes sur 73 se sont exprimées contre l’arrêté du préfet des Yvelines définissant le périmètre du futur organisme intercommunal.

Bien que les débats sur la question de la forme de cette structure (communauté d’agglomération ou communauté urbaine) soient programmés malgré cette opposition, il n’est pas trop tard pour faire machine arrière.
Nous faisons partie de ceux qui pensent que le défaitisme et la résignation n’ont pas leur place en politique. Au contraire, et tout particulièrement dans ce contexte de crise politique, nous devons défendre plus que jamais nos convictions.
Si près de la moitié des conseils municipaux, en prise avec les réalités quotidiennes de nos concitoyens, ont voté contre ce périmètre, au-delà de tout courant politique, c’est bien parce que nous savons que la bureaucratie et une méga structure administrative ne répondront pas à l’urgence politique et sociétale actuelle.

CartePACPour une intercommunalité cohérente
Si nous nous opposons à cette méga structure, nous sommes par contre favorables à la création d’une intercommunalité librement choisie, une intercommunalité cohérente en termes de bassin de vie et d’emploi, capable de répondre aux besoins des habitants et d’assurer une plus grande efficacité du service public au plus près du citoyen. Nous sommes pour la construction d’une communauté d’agglomération qui réunirait la CA2RS* et la PAC**. C’est-à-dire une intercommunalité cohérente avec le projet régional IDF 2030 qui propose des Territoires d’Intérêt métropolitain avec une véritable identité. Nous serions dans ce cas tout juste en dessous des 200 000 habitants exigés par la loi mais il est possible de déroger à ce seuil compte tenu des spécificités de notre territoire.

* Communauté d’agglomération des 2 rives de Seine
** Communauté d’agglomération Poissy-Achères-Conflans