«

»

Le maire interdit la fête de Vivons notre Ville !

barriere

Des barrières pour empêcher la fête !

Chronologie d’un anniversaire gâché.
Afin de fêter les 20 ans de notre association, nous souhaitions organiser un moment festif et convivial samedi 6 juin, dans l’après-midi, sur la place des Capucins.
Nous avions écrit au maire le 24 mars pour l’informer et demander l’autorisation d’installer quelques tables et chaises sur la place, en assurant que VnV s’acquitterait des droits d’occupation du domaine public.

Un refus non motivé
Une première réponse négative nous est parvenue le samedi 9 mai, datée du 27 avril, soit plus d’un mois après notre demande et sans aucun justificatif.
Nous avons donc écrit immédiatement au maire (le 11 mai) pour lui demander de motiver sa décision et parallèlement nous avons saisi le sous-préfet de Saint Germain pour l’alerter sur cette situation.

Le rappel à la loi du sous-préfet
Dans un courrier du 29 mai, le sous-préfet nous donne raison, le maire ne peut interdire une manifestation sans motiver très précisément son refus. La décision doit « être circonstanciée et précise ne se limitant pas à la simple mention des textes de loi » et « doit être communiquée sans délai ». Nous en concluons que nous pouvons organiser notre fête dans l’espace public comme nous l’avions annoncé.

Un second refus du maire
Ce n’est que le 2 juin que nous avons reçu une réponse du maire datée du 29 mai. Le refus est confirmé et à peine justifié par le plan Vigipirate et la simultanéité des deux événements. Deux explications qui ne tiennent pas la route quand on sait que le week-end précédent se sont tenues, malgré Vigipirate, deux grandes manifestations populaires, la fête médiévale et la fête du Jeu au musée du jouet qui ont accueilli beaucoup de monde.

ArreteLes barrières de la honte.
Le 4 juin, la mairie met en place des barrières sur la place des Capucins sur lesquelles est apposé un arrêté signifiant l’interdiction d’accès aux piétons. A lire de plus près l’arrêté daté du 3 juin, on s’aperçoit que la demande d’occupation de la place pour l’installation d’un stand du salon Auto-moto date du … 2 juin.
Quelle subite rapidité du maire à répondre favorablement à une demande ! Et quelle surprise d’installer un stand justement sur cette place alors que jamais le salon auto-moto n’a débordé de la place de la République !

20ans3Ce n’est pas fini !
Décidément, le maire ne veut pas que Vivons notre Ville fête ses 20 ans dans l’espace public et tous les (mauvais) prétextes sont bons pour le justifier.
Vivons notre Ville est donc un acteur important de la vie locale que le maire redoute et tente de brimer par des actions pitoyables. Bel exemple d’ouverture d’esprit et de démocratie.
Ceci nous conforte dans nos convictions.
Obligés de reporter la fête, nous sommes déterminés de célébrer l’anniversaire de Vivons Notre Ville d’une façon ou d’une autre. On n’a pas tous les jours 20 ans !
A suivre.