Le gaz de schiste en 3 questions…

De quoi parle-t-on ?

Pétrole et huile de schiste, c’est la même chose. Seul le lieu où on le trouve, change : le pétrole est situé dans des « poches » situées au-dessus des « roches-mères ». L’huile de schiste est enfermée plus profondément, dans ces roches compactes (2,5 à 3 km sous terre). Selon la configuration géologique, on trouve également du « gaz de schiste ». Il s’agit d’un gaz naturel, semblable au gaz conventionnel.

Où sont les gisements en France?

Pour l’instant, les premières zones s’étendent au Nord de Montélimar, l’Hérault, l’Aveyron. l’Ardèche, la Drôme et le Gard. Des permis ont été octroyés dans le Lot et une partie du département du Tarn-et-Garonne. Il semblerait que des permis aient été octroyés dans la région de Forcalquier, dans le Vaucluse, en Picardie et en Ile-de-France. Aux dernières nouvelles un autre permis aurait été donné en Dordogne. Total, GDF-Suez, Schuepbach Energy (société américaine), Toreador France (associé à l’américain Hess) et le Canadien Vermillion attendent le feu vert des autorités pour l’exploiter.

 

Y a-t-il un risque environnemental ?

Plusieurs réserves existent quant aux techniques d’extraction employées : usage important de produits chimiques et extraction très gourmande en eau. Le traitement des eaux de forages toxiques n’est pas précisé clairement. Les forages ne permettant pas de récupérer de grosses quantités de matière, il faut forer beaucoup et souvent. Ce qui défigure le paysage et détruit les milieux naturels. Les fissures peuvent aussi déstabiliser le sous-sol et provoquer des séismes. •

Propos recueillis par Jeanne Pothier

Mai 2011