Tram 13 Express – Contribution à l’enquête publique complémentaire 8 janvier – 9 février 2018

Tram 13 Express

Contribution à l’enquête publique complémentaire 8 janvier – 9 février 2018

Vivons notre Ville, association citoyenne créée à Poissy en 1995, s’est toujours intéressée à la vie locale, aux projets structurants, au bien-vivre des Pisciacais.

L’association porte une attention particulière aux déplacements intra-urbains et intercommunaux, plaidant pour de véritables alternatives à la voiture. Elle a toujours soutenu le projet de Tangentielle Ouest qui avait pour vocation la desserte rapide des communes, permettant notamment les déplacements professionnels. De plus, elle utilisait la voie de Grande ceinture existante, limitant ainsi les coûts. Cette tangentielle est attendue depuis de très nombreuses années par des milliers de Franciliens.

Le tracé urbain, voulu par le maire de Poissy en 2014 ne peut raisonnablement pas être retenu compte tenu des conséquences économiques, sociales et environnementales néfastes. Il se présente comme peu soucieux de l’intérêt général.

 Vivons notre Ville demande le retour au tracé initial pour les raisons suivantes.

1- Dès juin 2013, Vivons notre Ville alertait sur les débranchements de la Tangentielle en dénonçant la « virgule » de Saint-Germain. En juillet 2014, l’association attirait l’attention sur les inconvénients d’un passage en milieu urbain dense. La notice explicative de l’enquête publique soulignait qu’il « pose des problèmes d’insertion sur la voirie, dans un contexte de forte congestion des axes routiers ». C’est pour cette principale raison que le parcours urbain n’avait pas été retenu lors de la phase de concertation. Il est surprenant qu’à cette époque le Conseil général n’ait pas défendu plus fermement la solution qu’il veut voir maintenant adopter.

2- La Tangentielle Ouest devait être mise en service en 2019. La demande du maire de Poissy d’un passage en ville retarde cette mise en service de la ligne de 10 ans du fait de la concertation préalable, l’enquête complémentaire, la finalisation des études, dont les questions soulevées par l’Agence de l’environnement (…), les délais de contentieux liés aux expropriations, les délais d’appels d’offres, la durée de l’ensemble des travaux.

Le service public de desserte est singulièrement mis à mal pour un projet dont l’intérêt n’est pas démontré.

3- Le temps de parcours sera très sensiblement allongé. Les porteurs du projet de tracé urbain affirment que ce temps ne sera allongé que de 4 minutes. Cette affirmation n’est pas crédible.

Sur de longues inter-stations, la vitesse des trains peut atteindre 80 km/h. Le RER A affiche une vitesse moyenne de 50 km/h. En ville, celle des tramways est évidemment bien moindre. Ainsi à Nantes, sur voies dédiées, la vitesse des lignes est de 20 km/h. À Paris, la Cour des Comptes révèle que la vitesse du tramway (T3) n’est que de 16,5 km/h au lieu des 20 km/h annoncés par la RATP. Par ailleurs, la densité du trafic automobile contraint les rames à ralentir aux carrefours. Le comportement des piétons traversant les voies du tram est également une cause de diminution de la vitesse.

Or, à Poissy, le parcours depuis le carrefour avenue Fernand Lefebvre/rue de La Bruyère jusqu’à la fin de la rue Adrienne Bolland devra se faire au ralenti du fait de la traversée de plusieurs carrefours et du partage des modes de transports boulevard Gambetta et au rond-point de L’Europe.

À ce ralentissement de la vitesse s’ajoutent les arrêts aux stations. Le tracé urbain en impose deux supplémentaires.

Il est donc totalement illusoire de penser que le tracé urbain n’allongera que de 4 minutes le temps de parcours global. À cela s’ajoute la division par deux de la fréquence des rames à cause de la « virgule » de Saint-Germain.

Pour que la ligne soit attractive et soit une véritable alternative à la voiture, les temps de transit doivent être courts.

4- Le tracé urbain n’irrigue qu’une faible partie de Poissy. Il ignore en effet le centre-ville (hôtel de ville, marché, avenue du Cep), les quartiers du Clos d’Arcy, de Beauregard, de la Coudraie, l’hôpital, les hameaux de Bethemont et de la Bidonnière. La majorité de la population pisciacaise n’est pas prise en compte.

5- Les porteurs du projet de tracé urbain vantent, lors des réunions publiques, une liaison rapide vers Saint-Germain. Il n’en est rien puisque le tracé urbain contraint à une correspondance à la gare de Saint-Germain Grande Ceinture. Or aujourd’hui, la liaison en bus, via un site propre dans la traversée de la forêt, est non seulement directe, mais aussi très rapide (environ 7 minutes). En cas de réalisation du tracé urbain, cette ligne de bus sera-t-elle maintenue ?

6- Les documents officiels affirment que « sans le projet [de tracé urbain]le trafic continuera à augmenter avec des problématiques de congestion accrues (en particulier RD 190, place de l’Europe) » et indiquent « une baisse de 20 % sur la place de l’Europe par rapport à la situation sans projet« .

Or, de l’aveu même des porteurs du projet lors d’une réunion d’information des acteurs associatifs au siège du STIF le 7 décembre 2017, la baisse considérée ne serait pas due à un changement de comportement des usagers, délaissant leur voiture eu profit du tram, mais à la réduction des voies contraignant mécaniquement la circulation. Ce qui entraînera ipso facto un report de flux sur les voiries adjacentes.

Rappelons que, concernant le tramway parisien, la Cour des comptes avait jugé en 2010 le report du trafic automobile vers le tramway surestimé par le STIF et la RATP, présentant la rentabilité socio-économique de façon excessivement avantageuse.

7- Le tracé urbain aurait pour objectif premier de relier les deux gares de Poissy, celle de Grande Ceinture et la gare RER. En réalité, la station censée desservir la gare RER est située bien en amont, à près de 300 m de distance, ce qui est une contrainte sérieuse pour des personnes à mobilité réduite.

Cette distance sera bien plus importante (environ 700 m) si l’entrée de la gare est déportée plus au sud comme prévue dans un des scénarios envisagé pour la restructuration de cet équipement.

Il convient de souligner qu’aucune étude n’a été engagée sur l’usage de navettes électriques autonomes, testées dans d’autres villes d’Île-de-France, partant du principe que cette option aurait coûté plus cher, mais sans en apporter la preuve. De telles navettes constitueraient pourtant une alternative sérieuse à l’utilisation de la voiture et assureraient une liaison réelle et directe entre les deux gares.

8- Selon le site officiel du tracé urbain, la capacité de stationnement sera préservée à 60 %, ce qui implique a contrario, la disparition de 40 % des places de stationnement le long du parcours.

9- Les travaux de réalisation du tram, dont la durée est évaluée à cinq ans (2021-2026), auront un impact nuisible important pour les riverains du parcours auquel s’ajoutera celui des travaux préliminaires des concessionnaires (réseaux eau, gaz, assainissement).

10- Le passage de rames en tissu urbain dense va occasionner des problèmes de sécurité pour les piétons et les cyclistes. Cela sera probable au « décrochage » du tram de la ligne SNCF à l’angle de l’avenue Fernand Lefebvre et de la rue de La Bruyère, un carrefour très fréquenté par des collégiens et des lycéens.

11- Les inquiétudes exprimées quant aux nuisances sonores et de vibrations restent vives, notamment pour l’école maternelle Péguy qui sera bordée par la rampe de décrochage, les réponses des porteurs du projet n’ayant pas été convaincantes sur ces points.

12- Le passage du tram dans Poissy nécessite l’abattage de près de 300 arbres le long du parcours. L’obligation de replanter ailleurs ne remplacera jamais ces ensembles de verdure qui contribuent au bien-vivre en ville. La loi sur la biodiversité évoque en moyenne le triple en matière de reconstitution de la nature détruite. Quelles garanties que le millier d’arbres sera planté en ville à Poissy et où ?

13- La dernière plaquette de présentation offre un tableau comparatif entre les deux variantes évaluées pour le tracé initial en 2014 et pour le tracé urbain en 2017. Le tableau n’explique pas la différence de population et emplois desservis passant de 7 000 à 37 000, ni celle de la fréquentation prévisionnelle qui n’était pas apparente dans les premiers documents publiés. Il aurait été préférable d’établir la comparaison sur la même base temporelle en intégrant dans les deux cas les évolutions urbaines, comme la construction de deux importants ensembles immobiliers dans le quartier La Bruyère.

14- Le tracé urbain entraîne des expropriations de maisons entières, et aussi de parcelles de terrains dégradant la valeur foncière globale des biens. Ces opérations, douloureuses pour les familles concernées, sont évitées avec le tracé initial.

15- À l’heure où l’État et les collectivités territoriales sont contraints à réduire singulièrement leurs dépenses dans un contexte économique tendu, le tracé urbain fait apparaître un surcoût de 150 millions d’euros (estimation 2017) par rapport au tracé initial, un véritable gaspillage de l’argent public. Dans son avis délibéré d’octobre 2017, l’Autorité environnementale écrit, page 8, «  Le tracé en milieu urbain induit donc un quasi doublement de l’enveloppe initiale. »

De plus, ce montant n’inclut pas les travaux préliminaires sur les réseaux (eau, gaz, électricité, assainissement), non chiffrés à ce jour mais obligatoires, et qui seront à la charge de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, donc des contribuables locaux.

16- Depuis 2014, les études en vue d’améliorer le tracé initial pour le rendre plus efficient ont été abandonnées au profit de la seule variante urbaine. Ce qui rend plus délicates les comparaisons entre les deux, tout étant exprimé pour emporter l’adhésion sur le tracé urbain.

C’est ainsi qu’un arrêt tram à Achères-Chêne feuillu aurait pu être envisagé afin de permettre une meilleure desserte du Technoparc de Poissy, ce que le tracé urbain ne permet pas.

17- En octobre 2017, l’Autorité environnementale1 du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), a rendu un avis sur le projet de Tram 13 express. Des recommandations importantes ont été formulées à cette occasion. Parmi elles, celle-ci : « Étant donné l’ampleur des impacts du chantier, en particulier dans le tissu urbain de Poissy, l’Ae recommande de préciser le plan et les mesures prises en matière de circulation, et d’approfondir les études pour limiter le plus possible l’impact sur le foncier, le paysage urbain et le bruit. »

Un peu plus loin dans le rapport, on peut lire : « L’Ae note que les orientations du plan de circulation à l’horizon de la réalisation du projet, selon les différents scénarios possibles, ne sont pas clairement présentées dans le dossier et recommande de le compléter sur ce point. »

Sur les risques naturels, « l’Ae recommande de compléter l’analyse des impacts, en phase travaux et exploitation, dans le secteur de l’ancienne zone industrielle de Poissy par une approche globale du risque de pollution résultant du remaniement de terrains contaminés dans une zone sensible aux remontées de nappe. »

Sur les bruits et les vibrations, « l’Ae recommande que la nature et la réalisation des protections acoustiques nécessaires soient précisées et phasées, concernant plus particulièrement la zone rue Adrienne Bolland – Clos Saint-Germain, dans une approche globale et coordonnée permettant de traiter tous les points sensibles. »

Ces recommandations ne semblent pas avoir été prises en compte dans les différentes présentations du dossier, ce qui est préjudiciable à une évaluation pertinente du projet urbain.

18- Avec le Tram 13 express, d’autres projets structurants sont en cours d’élaboration dans notre secteur Poissy/Carrières/Achères, l’arrivée d’EOLE, la restructuration de la gare RER, l’urbanisation intense le long de la RD 190, voie qui arrive directement sur le rond-point de l’Europe. Malgré l’importance de ces projets concomitants, et alors même que des millions d’euros sont en jeu, aucune concertation n’est établie à ce jour entre les différents porteurs de projet afin d’assurer une bonne cohérence de l’ensemble ! La requalification de la RD 190 entre Triel et Carrières-sous-Poissy aurait pu, par exemple, être prolongée sur Poissy offrant une solution de liaison entre la gare Grande Ceinture du tracé initial et la gare RER.

Avis déposé dans le registre électronique le 25/01/2018 sous le n° 223

Tram 13 Express (anciennement TGO) – Enquête publique du 8 janvier au 9 février 2018.

Les détails de l’enquête publique nous sont maintenant connus : elle va constituer un moment décisif pour sauver le tracé initial et échapper aux nuisances du tracé urbain.

L’AFPI, Association Favorable au Projet Initial dont VNV est adhérente, vous livre tous les détails du déroulement de l’enquête et suggère bon nombre d’idées qui peuvent être insérées dans vos interventions auprès de la commission. Prenez connaissance des éléments contenus dans le document et participez à cette enquête : si vous ne voulez pas du tracé urbain, c’est le moment ou jamais d’agir et de faire agir autour de vous ! Si nous manquons cette étape, il sera beaucoup plus difficile de lutter…

 » Chers adhérents

Nous vous rappelons qu’une commission d’enquête a été mise en place, en vue de l’enquête publique complémentaire qui aura lieu du 8 janvier 2018 au vendredi 9 février inclus et qui aura pour objet d’émettre un avis sur les avantages et inconvénients du tracé initial par rapport au tracé urbain du tram à Poissy. C’est à la suite de cet avis que le Préfet prendra une décision sur le caractère d’utilité publique de l’un ou l’autre tracé.

Cette étape de la procédure est donc d’une extrême importance. Nous vous rappelons que vous pouvez consulter le dossier d’enquête publique sur le site internet du projet : http://tram13-express.fr , sur le site du registre électronique : http://tram13.express.phase2.enquetepublique.net ou en mairie. Nous devrons nous faire entendre par la commission d’enquête et ne manquerons pas de faire valoir nos arguments.

Afin de renforcer notre position, il est important que les adhérents de notre association participent individuellement à cette enquête publique sur plusieurs supports possibles :

  • sur le registre électronique : http://tram13.express.phase2.enquetepublique.net
  • en mairie, sur les registres papier
  • lors des permanences de la commission d’enquête qui auront lieu en Mairie de Poissy salle 313
    • samedi 27 janvier 2018 de 9h00 à 12h00
    • lundi 5 février 2018 de 14h30 à 17h30
    • vendredi 9 février 2018 de 14h30 à 17h30
    • jeudi 1er février 2018 de 16h00 à 19h00
    • samedi 20 janvier 2018 de 9h00 à 12h00
  • lors de la réunion publique du jeudi 11 janvier 2018 à 19h30 au Théâtre de Poissy
  • par courrier adressé à la présidente de la commission d’enquête, Mme Marie-Claire Eustache, à la mairie de Poissy

Quel que soit le mode de participation que vous choisirez, il sera bien entendu le bienvenu, et nous vous en remercions par avance. Toutefois, un avocat habitué à ce type de procédure nous indique que le courrier à la présidente de la commission est le mode de participation le plus efficace, car il permet d’avoir des réponses écrites de la part de la commission d’enquête. Ces réponses pourront éventuellement être utilisées ultérieurement, le cas échéant, en vue de procédures contentieuses.

Si vous partagez notre point de vue et si vous en avez le temps, nous vous serions donc très reconnaissants de préparer un courrier totalement rédigé par vos soins, reprenant vos interrogations et inquiétudes relatives au projet du tracé urbain.

Nous vous rappelons ci-dessous dans le désordre des questions et soucis que génère le tracé urbain ; vous pourrez vous en inspirer si vous le souhaitez et bien sûr ajouter tout sujet qui vous intéresse et/ou vous inquiète :

1) Pourquoi traverser Poissy sans vraiment desservir la ville (centre ville = Hôtel de ville, marché, centre de sécurité sociale, non desservi) ? Quartiers Bethemont-La Bidonnière, La Coudraie, Beauregard-Racine, Migneaux, Clos d’Arcy, Hôpital, non desservis.

2) Pourquoi ne pas étudier la mise en place de navettes autonomes entre Poissy Grande Ceinture et Poissy RER pour la traversée de Poissy ?

3) Pourquoi appeler ce tracé EXPRESS, alors que le trajet entre Versailles et Cergy-Pontoise sera notoirement allongé s’il traverse Poissy ?

4) Quel sera l’avantage pour tous ceux qui aujourd’hui se rendent à St Germain en Laye en bus ? Avec le tracé urbain, ils devront changer de tram à St Germain Gde Ceinture.

5) Pourquoi attendre 2026, voir plus tard, pour la réalisation du tracé urbain alors que les délais sont bien plus courts avec le tracé direct ?

6) Le STIF prétend : 37000 habitants desservis – 20% de circulation en moins ; sur quelles données objectives reposent ces hypothèses ?

7) Quelles sont les protections acoustiques prévues ? (bruit – vibrations)

8) Comment seront compensés les impacts négatifs sur la forêt de St Germain ?

9) Le tracé urbain nécessiterait d’abattre 273 arbres dans la ville de Poissy. Comment seront compensés ces dommages sur l’environnement pisciacais ?

10) Quelles sont les solutions prévues pour la circulation automobile dans Poissy et notamment bld Gambetta, place de l’Europe (trafic en augmentation en provenance de Carrières sous Poissy) ?

a) pendant les travaux (note de VNV : durée prévue 5 ans, 2021-2026)

b) quand le tram sera opérationnel

11) comment peut-on envisager, dans le cadre d’un nouveau projet tant vanté, que le bld Gambetta reçoive sur la même voie cyclistes et automobilistes ?

12) Pourquoi ne pas retravailler l’option d’un arrêt du tram à Achères Chêne Feuillu ? Il faut rappeler que cet arrêt permettrait de desservir le Technoparc (entreprises et lycée), alors que le tracé urbain ne le permet pas.

13) Pourquoi retenir l’hypothèse du tracé urbain alors que celle du tracé initial coûte moitié moins ?

14) Le tracé urbain entraîne la nécessité d’effectuer des travaux d’assainissement sur le parcours envisagé. Ile de France Mobilité (ex STIF) ne prend pas en charge ces travaux. Quel montant représentent-ils et qui en assurera le financement ?

Les problèmes ci-dessus évoqués reprennent l’essentiel de nos arguments en faveur du tracé initial. Mais nous vous encourageons vivement à en rapporter d’autres que nous aurions omis.

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

Notre secrétaire-adjoint Claude HOSTEN se tient à votre disposition et nous vous indiquons son adresse mail : hosten.claude@wanadoo.fr

Nous comptons sur votre mobilisation car l’enquête à venir sera un moment clé dans le choix par le Préfet de l’un des deux tracés. Nous vous remercions pour votre participation. Cordialement

Le Bureau (de l’AFPI)

Rappel : une pétition est ouverte pour défendre le tracé initial contre le tracé urbain, si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas participer à l’enquête publique, faites entendre votre voix par ce lien :

https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/tram-13-express-sauvons-trace-direct/35544

Conférence de presse du 27 septembre 2017

Les articles publiés :

Le Courrier Des Yvelines 04 octobre 2017

La Gazette 20 octobre 2017

 

 

 

 

 

Tract de Vnv au sujet du tram 13 express

Belle distribution ce matin au marché. Malgré le froid les membres de Vnv ont distribué 700 tracts à des citoyens curieux de s’informer ; 500 avaient été tirés, à 11h, 200 supplémentaires ont été imprimés à la hâte pour répondre au besoin. En voici le contenu :

tract tram 13 express du 4 février 2018

Pour le tracé initial, contre le tracé urbain !

L’enquête publique complémentaire est en cours jusqu’au 9 février. Donnez votre avis soit aux permanences en mairie, soit sur le site officiel du tram 13 http://tram13.express.phase2.enquetepublique.net

 

 

 

 

Interventions des élus de Vivons notre Ville au conseil municipal du 29 janvier 2018

-1- Enquête publique Tram 13 express

 Vivons notre Ville est favorable au tracé initial et ce, notamment, pour les raisons suivantes : 

  • Le projet précédent que vous utilisez pour nous accuser d’avoir la mémoire courte a très rapidement été rejeté par Vivons notre Ville à cause des contraintes très fortes du milieu urbain.
  • La Tangentielle Ouest devait être mise en service en 2019. La demande du maire de Poissy d’un passage en ville retarde cette mise en service d’au moins sept ans. Quel dommage pour un projet attendu par les futurs usagers depuis si longtemps.
  • L’allongement du temps de parcours : pour une liaison Nord-Sud qui se veut Express, on annonce une augmentation de « seulement » quatre minutes ? Cela nous paraît très optimiste. Les études a posteriori montrent qu’en milieu urbain dense où les modes de transport sont partagés (automobile, vélos, piétons) les vitesses sont inférieures aux estimations. Par exemple, la Cour des Comptes indique qu’à Paris le T3 circule à 16 km/h au lieu des 20 annoncés par la RATP.
  • On nous vante avec le tracé urbain une liaison rapide vers Saint-Germain. Comment serait-ce possible puisque on serait contraint à une correspondance à Saint-Germain Grande Ceinture ? La liaison en bus actuelle en site propre est très rapide (environ 7 minutes). Cette ligne de bus sera-t-elle supprimée pour justifier le tracé urbain ?
  • On nous promet une baisse de trafic de 20 % à l’horizon 2016. Or, les porteurs du projet, lors d’une réunion avec les associations au siège d’Île de France Mobilités le 7 décembre 2017, avouaient que cette baisse ne viendrait pas d’un changement de comportement des usagers mais plutôt de la réduction des voies contraignant mécaniquement la circulation et entraînant un report de flux sur les voiries adjacentes.

Sur le même sujet, la Cour des Comptes, encore elle, avait jugé en 2010 le report du trafic automobile vers le tramway surestimé par le STIF et la RATP.

  • Le tracé urbain aurait pour avantage de relier les gares de Grande Ceinture et celle du RER. Premièrement, la station Poissy RER prévue n’est pas franchement à côté de la gare SNCF actuelle. Ensuite, aucune étude sérieuse n’a été menée sur la liaison qui pourrait être mise en place dans le cadre du tracé initial, par exemple par des navettes électriques autonomes (qui sont pourtant testées dans d’autres villes d’Île de France).
  • Que dire de l’impact des travaux pendant cinq ans sur les riverains et la circulation déjà problématique ?
  • Les inquiétudes exprimées quant aux nuisances sonores et de vibrations restent vives, notamment pour l’école maternelle Péguy qui sera proche de la rampe de décrochage, les réponses des porteurs du projet n’ont pas été convaincantes sur ce point.
  • Où seront replantés les 300 arbres qui seront abattus ? Ailleurs qu’à Poissy ? Comment compenser ce qui contribue au bien-être des habitants ?
  • Les chiffres annoncés sur le nombre de personnes concernées (37000 au lieu de 7000) sont une bonne illustration de « je fais dire aux chiffres ce qui m’arrange ». La fréquentation prévisionnelle (17000 au lieu de 10500) est bien moins mise en avant. Parce que moins favorable au tracé urbain ?
  • Alors que tous, particuliers, collectivités territoriales, État, sont contraints à faire des économies, le tracé urbain représente un surcoût de 115 M€, ce qui à nos yeux est un gaspillage de l’argent public donc de nos impôts.
  • Il est fortement regrettable que les porteurs du projet de tracé urbain n’aient pas cru bon de chercher à mettre en cohérence ce projet-ci avec d’autres projets importants comme la restructuration de la gare, l’arrivée d’EOLE, la requalification de la RD 190.

Pour ceux que cela intéresserait, ces arguments ainsi que d’autres sont détaillés sur le site web de Vivons notre Ville que je vous encourage vivement à consulter.

Nous voterons donc Contre.

-2- Débat des orientations Budgétaires 2018

Comme vous le rappelez en préambule, le débat d’orientation budgétaire est un moment important dans la vie municipale pour connaitre les orientations choisies, pour en débattre, pour poser des questions et faire des propositions.

Je m’intéresse particulièrement au secteur culturel.

Vous évoquez les établissements publics en soulignant notamment les bonnes performances du théâtre. Nous nous en réjouissons. Afin de nous faire par nous-mêmes une idée de la bonne gestion qui y préside, nous demandons à avoir communication des budgets et des comptes administratifs relatifs au théâtre, au conservatoire, et également au CCAS.

Concernant les services municipaux, le document de synthèse présenté précise que « Tout en maîtrisant ses dépenses de fonctionnement, la qualité du service public aux Pisciacais sera maintenue ». Or, « les réductions d’effectifs, la réduction des remplacements ou le recrutement différé des remplaçants », affirmés comme principes dans votre méthodologie pour « contenir l’augmentation de la masse salariale », nous apparaissent contre-productifs en terme de qualité du service public.

J’illustre mon propos par l’exemple de la médiathèque Christine de Pizan. La ligne budgétaire destinée au renouvellement du fond (livres, vidéos, films, BD, etc.) et qui est le cœur de métier des médiathèques/bibliothèques, a été réduite depuis 2014 de 70 %. Vous avez bien entendu ! Moins 70 % sur cette ligne ! Comment affirmer après que la qualité du service public est maintenue ? Les usagers ne s’y trompent pas. Plusieurs m’ont rapporté leur désappointement devant cette situation. Et cette déception s’étend jusqu’à certains membres de votre propre majorité.

Suite à la longue fermeture de l’établissement l’an dernier, vous vous êtes engagé, à deux reprises en conseil municipal et au moins une fois en réunion publique, à redonner à la médiathèque les moyens dont elle a besoin pour assurer toutes ses missions et retrouver l’ensemble de ses usagers. Cette promesse se concrétisera-t-elle dans le budget 2018 ?

Nous y serons très attentifs.

D’autre part, lors des vœux au forum Armand Peugeot la semaine dernière, vous avez annoncé, monsieur le maire, que la Ville est à la recherche de locaux pour le conservatoire. Cette information nous a surpris. Cela signifie-t-il que le projet de pôle culturel, dont vous aviez défendu le principe dans vos promesses de campagne, est abandonné ? Ce serait vraiment dommage pour la culture car ce pôle ne devait pas abriter que le conservatoire dans la totalité des disciplines enseignées (avec un besoin de surface estimé à 2 800 m², mais aussi le musée d’art et d’histoire, un auditorium de 500 places, une salle remplaçant l’actuel CDA, l’intégration de la salle Blanche de Castille, des salles de réunion, etc.

Quelles précisions pouvez-vous donner ce soir ?

Je profite de cette intervention pour renouveler le vœu d’une réunion régulière de la commission Culture pour échanger sur les projets (dont le musée Le Corbusier), les actions, les manifestations culturelles, et bien évidemment pour être associée au devenir du conservatoire.

Concernant le personnel, vous annoncez vouloir récompenser les agents pour leur implication dans l’effort d’économie voulu par la Ville. Nous serions d’accord sur le principe de reconnaître le grand professionnalisme des personnels et leur sens du service public. Mais nous ne sommes pas d’accord pour une prime fondée sur le mérite, notion vague, totalement subjective et donc souvent contestable. Introduire chez les agents une course à la prime nous parait détestable et nous fait trop penser à certaines pratiques condamnables du secteur privé.

Nous aimerions aussi avoir un bilan détaillé du dispositif Poissy bien-être, permettant aux agents de bénéficier de deux heures de sport par semaine sur leur temps de travail.

Combien d’agents utilisent ce dispositif ? Quel est le coût global de ces deux heures non travaillées ?

Enfin, toujours dans votre méthodologie, vous affirmez un non renouvellement des agents contractuels. Or, une délibération sera tout à l’heure soumise au conseil municipal pour permettre le recrutement d’agents contractuels !

Je vous remercie de votre attention et des réponses que vous apporterez à nos questions.

-8- Révision du Plan Local d’Urbanisme, concernant le projet de réimplantation de la Maison de Fer, dans le parc Meissonier.

-9- Permis de construire pour la reconstruction de la Maison de fer, dans le parc Meissonier.

Comme nous l’avons déjà dit dans le passé, bien qu’étant favorables à la reconstruction de la Maison de Fer, nous sommes opposés au lieu qui a été choisi qui entraine la destruction du Théâtre de verdure, ce qui est fort dommageable.

Vous ne serez donc pas étonnés que nous votions Contre ces deux délibérations.

En réponse à cette intervention, le maire indique qu’aucune remarque n’a été enregistrée au registre de la consultation publique. Vivons notre Ville avait adressé au préalable une lettre dont il n’a pas été fait état : Maison de fer – contribution VnV – 23 juin 17

Les vœux en image de VnV

Intervention des élus de Vivons notre Ville au conseil municipal du 18 décembre 2017

Délibération 23 : Relocalisation de la fourrière : convention de partenariat financier pour la prise en charge des études préalables au déplacement de la fourrière intercommunale de Poissy

« Vous le savez, nous n’avons jamais été favorables au projet PSG sur le site de Poncy. De plus, il était supposé ne rien coûter à la commune. Or nous constatons que, rien que pour la relocalisation de la fourrière, il y aura 162 k€ d’étude, 2 ha de foncier à acheter, des travaux de reconstruction dont on nous dit qu’ils sont estimés à 2,8 M€. Certes, vous avez annoncé que des recettes équivalentes sont à prévoir. Mais elles ne sont pas précises (on nous explique que les recettes fiscales, par exemple, sont difficiles à quantifier) et personne n’a la certitude qu’elles couvriront l’intégralité des dépenses… Pour ces raisons et dans un souci de cohérence, Vivons notre Ville s’abstiendra sur cette délibération. »

 

Reprenant la parole après l’intervention d’Éric Falzon, le maire a cru bon d’informer le conseil que le recours déposé par Vivons notre Ville avait été perdu, ajoutant « le tribunal a reconnu l’absence de faute de la part de la Ville ».

Or il s’agit là d’une interprétation totalement fausse du jugement rendu !

Vivons notre Ville avait déposé un recours pour excès de pouvoir en juillet 2015, suite à l’interdiction du maire d’autoriser, le samedi 6 juin de cette année-là, une petite manifestation festive sur la place des Capucins à l’occasion des 20 ans de l’association.

Le maire avait prétexté, quatre jours avant la manifestation projetée, l’occupation de la place par le Salon auto-moto.

Constatant, photos datées à l’appui, que la place était vide le samedi après-midi, le recours a été formulé auprès du tribunal administratif.

Le jugement rendu le 29 septembre dernier rejette la requête de Vivons notre Ville sur le fait que « ces photographies ne suffisent pas, à elles seules, à établir que la place était inoccupée entre 15h30 et 18h30 ».

Le tribunal ne s’est donc pas prononcé le bien-fondé du refus du maire. En revanche, il a rejeté toutes les conclusions de la Ville, notamment une demande d’indemnité à l’encontre de Vivons notre Ville.

Le Pisciacais, tribune du 14 décembre 2017 – Des tournois inter-quartiers de la culture pour les jeunes de Poissy

Les jeunes de nos quartiers ont récemment participé à des tournois de foot. C’est une initiative sympathique qu’il faudra renouveler.

Il est toujours bon, en effet, de stimuler le dynamisme, l’énergie, la joie de vivre des jeunes. Aussi, afin de ne pas rester dans le seul domaine du sport et faire participer les filles, cruellement absentes des premières rencontres, nous proposons des tournois culturels.

Nous suggérons d’organiser des épreuves de poésie ou de slam en lien avec les médiathèques et la librairie du Pincerais, des matchs d’impro avec les associations de théâtre amateur, des joutes oratoires ou musicales accompagnées par le conservatoire, des expressions en art plastique et photographique, des « radio-crochets » avec le concours des maisons de quartier, des « battles » de danse hip-hop, très en vogue ces derniers temps comme le Waacking, la Break-dance ou encore l’Électro, né en Île de France.

La culture offre un immense éventail de possibilités. Elles permettent de stimuler l’imagination, faire de belles découvertes, concrétiser ses envies, se montrer audacieux et pertinent, s’enrichir des autres.

Offrons à nos jeunes des confrontations culturelles de ce type, aidons-les à surmonter leur timidité, parfois leurs angoisses, encourageons-les à partager leurs plaisirs, invitons-les à se dépasser pour mieux cultiver la confiance en soi.

Au-delà de ces propositions très concrètes pour un mieux vivre ensemble et en ce mois de décembre, Vivons notre Ville a une pensée particulière pour tous ceux qui endurent la misère, la guerre, la faim, la maladie, la solitude. Puisse la solidarité être au rendez-vous pour que les fêtes de fin d’année apportent du réconfort à tous !

hppt/vivonsnotreville.com

Tram 13 Express, anciennement TGO phase 2

L’association AFPI-TGO, un collectif et 3 autres associations dont Vivons notre Ville ont rédigé une lettre commune au préfet pour réclamer le respect du tracé initial et sa mise en service rapide, dans le respect de l’intérêt général. Le diverses interconnexions, voulues par St Germain et Poissy pourraient se faire avec des solutions plus innovantes et moins coûteuses que le tram-train comme par exemple des navettes électriques autonomes qui circulent déjà à Lyon.

Le courrier au Préfet – mai 2017

La lettre a été signée en présence de la presse :

L’article du Courrier des Yvelines du 24 mai 2017

 

inquiétude au niveau du débranchement aux abords de l’école Péguy :

Le tracé urbain voulu par le Maire de Poissy sera une catastrophe pour la ville, à commencer là où il doit quitter la voie ferrée au ras de l’école Péguy pour arriver  au niveau de la chaussée boulevard Lefebvre et s’incruster ensuite dans le boulevard Gambetta. Imaginez ce que va être la traversée du bvd Lefebvre ; 2 trams par tranche 10 mn aux heures de pointe, qui coupent la circulation automobile ET PIETONNE ! Il va falloir bien éduquer les nombreux enfants qui fréquentent cet axe pour aller ou revenir des écoles, collèges ou lycées afin qu’ils respectent bien les feux leur interdisant le passage !

N’est-il pas évident que l’ancien tracé, réutilisant la voie ferrée existante et le pont au dessus de l’avenue, s’impose par son bon sens !

source du plan : DOSSIER D’OBJECTIFS ET DE CARACTERISTIQUES PRINCIPALES (DOCP)COMPLEMENTAIRE VARIANTE DE POISSY – Page 80

Une nouvelle consultation publique doit s’ouvrir fin 2017, il est important que vous y donniez votre avis. RIEN N’EST ENCORE DECIDE tant que M. Le Préfet n’a pas reconnu l’utilité publique du tracé urbain.

Des idées pour remonter la « Maison de fer »

MaisondeFer1Le conseil municipal, lors de sa séance du 22 juin 2015, a autorisé le maire à déposer un permis de (re)construire la « Maison de fer ». L’objectif est de sauver ce patrimoine architectural pisciacais inscrit aux monuments historiques, abandonné par les services de l’État, dont la ruine rouille depuis la tempête de 1999 à deux pas de l’hôpital. Beau projet que nous soutenons à condition de trouver les mécènes prêts à payer les 2 M€ de travaux et éviter de mettre à mal le budget de la ville. En savoir plus »

Pour un pont de Poissy mieux sécurisé

PontPoissyChaque jour, le pont de Poissy est emprunté par des milliers de personnes, sans aménagement sérieux pour les piétons et cyclistes, ni panneau de limitation de vitesse, alors même que cet endroit est très accidentogène. Ce pont est la seule voie d’accès vers la gare RER pour les habitants de la boucle de la Seine en attendant la construction de la passerelle.

L’antenne Poissy Seine-Aval de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) a lancé une pétition en réaction à l’inertie des élus du conseil départemental des Yvelines pour que soit réaménagé le pont de Poissy afin d’améliorer la sécurité notamment celle des cyclistes et des piétons. En savoir plus »

Le maire supprime des aménagements cyclables à Poissy.

KO_cyclable2Triste nouvelle pour les cyclistes pisciacais. Le maire a commencé à supprimer des voies cyclables dans la ville. La rue Jean Bouin est la première à avoir fait les frais de cette décision consternante. La bande cyclable de cette rue a été remplacée par du stationnement pour les voitures. Cet aménagement avait été mis en place il y a 4 ans à l’occasion de la rénovation de la rue comme le prévoit le code de l’environnement*.
Les doubles-sens des rues Georges Constanti et des Fauvettes vont bientôt suivre et être rayés de la carte des aménagements cyclables de Poissy. (voir la carte ci-dessous)
En savoir plus »

Made in local : et si le local était la solution ?

MadeinlocalNous conseillons vivement aux décideurs qui seront en charge de l’économie dans la future communauté d’agglomération de Seine Aval de lire « Made in local ». Car le local jouera un rôle central dans l’économie de demain. C’est la thèse que développe dans son livre Raphaël Souchier, spécialiste des réseaux de coopération entre collectivités, universités et entreprises.

Les bienfaits de l’économie locale
L’économie n’est pas que mondialisée, elle est aussi une matière vivante, faite de proximité et de solidarité. Mais dans bien des domaines, les logiques de la mondialisation régentent notre quotidien avec ce que cela entraîne comme dérives pour notre nourriture, notre énergie, notre santé, notre argent…. En savoir plus »

Baguette ou café en attente

La solidarité des petits riens…

BaguetteA Poissy depuis le  samedi 7 mars !

L’idée nous vient de Naples où la tradition du « caffé sospeso » est une institution depuis plus d’un siècle.

De quoi s’agit-il ?
Une personne entre dans un bar, commande un « caffé ristretto » bu sur un coin du zinc et en règle deux dont un « caffé sospeso » à destination d’une personne qui ne pourra se l’offrir. Depuis mai 2013 ce concept s’est rapidement répandu en Europe et hors de ses frontières (1) (Québec, Amérique latine…). Dans l’Hexagone, il a été repris sous l’appellation « Café en attente ». En savoir plus »

TGO : Le tram-train dans les rues de Poissy, quel avantage ?

TGO Gare Grande-CeintureAvis favorable de la commission d’enquête.

Le 29 septembre, la commission d’enquête a finalement rendu un avis favorable au projet de la Tangentielle Ouest phase 2. Il est bien précisé que cet avis ne porte que sur le tracé qui a fait l’objet de l’enquête publique. Bien évidemment la commission ne s’est pas prononcée sur le tracé urbain réclamé par le président du Conseil général et le maire de Poissy. Une étude de faisabilité du tracé à travers Poissy est en cours de réalisation à l’initiative du STIF. On devrait en connaître le résultat avant la fin de l’année.

En savoir plus »

La carte de la vidéosurveillance à Poissy

Carte cameraLa délibération N° 6 du conseil municipal du 29 septembre a présenté aux élus les 48 emplacements des caméras de vidéosurveillance qu’il est prévu de déployer dans Poissy. C’est une délibération d’attente puisque les caméras promises pour septembre ne seront pas installées avant 5 à 6 mois. Les emplacements ont été, nous a dit le maire, définis par le bureau d’étude Altétia à partir des cartes de la criminologie pisciacaise. Il faudrait connaître le rapport de ce bureau d’étude pour bien comprendre l’utilité de certaines caméras en des lieux où il ne s’est jamais rien passé de répréhensible. 

En savoir plus »

Le Pisciacais, tribune du 30 octobre 2017 – Tram 13 express, un projet nommé enfumage

Non, le tram 13 express n’a d’express que son nom. Préférez-vous vous rendre à la station RER de St-Germain par un bus direct ou 2 trams avec correspondance ? Soyons clairs : Vivons Notre Ville est favorable à l’amélioration des transports en commun, au développement des circulations douces et à la réduction de la place de la voiture. C’est pour respecter ce principe que nous optons pour le tracé initial, le plus logique.

À en croire la lettre d’information – de propagande – n°7 de la Région ou le magazine du Conseil départemental, le projet de tracé urbain ne présenterait que des avantages. Ces argumentaires n’évoquent pas ce qui fâche par rapport au projet initial :

– le surcoût de 120 à 150 millions d’euros ;

– l’allongement du temps de trajet d’au moins 4 minutes avec les 2 arrêts en plus ;

– les 3 années supplémentaires de mise en œuvre, repoussant la mise en service à 2026.

Comment se forger un avis éclairé sans mettre tous les éléments sur la table ? Une enquête publique complémentaire sera ouverte avant la fin de l’année. La lettre de la Région indique page 7 : « Les avis et suggestions recueillis permettront d’éclairer la décision de la commission d’enquête […] sur la pertinence des deux tracés et d’aiguiller ainsi le Préfet dans son choix de variante de tracé à déclarer d’utilité publique ».

Tous les Pisciacais sont invités à y donner leur avis.

La liaison rapide nord/sud du département (entre St-Quentin/Versailles et Cergy) reste primordiale. C’est pourquoi nous déposerons un avis en faveur du tracé initial, plus économique (la voie ferrée existe), plus rapide (2 arrêts en moins) et moins long à voir le jour. Notre future qualité de vie se décide aujourd’hui. Informez-vous et venez donner votre avis. Plus d’informations sur vivonsnotreville.com

Eric Falzon et Jeanne Pothier

Les camions ne rentrent plus dans le quartier de la Coudraie !

Vendredi 1er avril dès 6h du matin, des habitants de la Coudraie ont bloqué l’accès au quartier. En savoir plus »

Tangentielle Ouest concertation complémentaire – avis déposé par VnV

Vivons notre Ville contre le tracé urbain dans Poissy

TGO phase 2Vivons notre Ville confirme son opposition au nouveau tracé de la Tangentielle Ouest phase 2, présentant un tram-train qui traverse Poissy de la gare de Grande Ceinture à Achères-Ville en passant par la place de l’Europe. Comme nous l’avons déjà écrit dès 2014 sur notre site (lien http://vivonsnotreville.com/?p=592) notre association considère ce projet inutilement coûteux par rapport aux avantages qu’il prétend apporter.En effet, cette proposition induit une dépense supplémentaire de 120 millions d’euros, (s’il n’y a pas de dépassement, ce qui est fortement improbable) pour en final ne desservir que deux quartiers de la ville (La Bruyère et Rouget de l’Isle/Saint-Exupéry) sans même un arrêt au Technoparc, un des poumons économiques de la ville où sont implantés de nombreuses entreprises, le lycée Charles de Gaulle et des centres de formation. Rappelons que de nombreuses voix en ont fait la demande lors des réunions publiques. En savoir plus »

Les niouses de mars 2016

 

 niouses mars 16

 

Le printemps n’apparaîtra au calendrier qu’à la fin du mois, mais de jolies petites fleurs ouvrent déjà leur corolle …

L’actualité culturelle à Poissy et ses environs est, quant à elle, toujours aussi intense !

 

spectacle humoristique organisé par le club Saint-Exupéry  

« Pour réfléchir aux grandes questions qui se posent à l’humanité … »  avec le professeur Kiddonk Sysnetoua 

vendredi 4 mars, 20h, espace Claude Vanpoulle, 40 rue Saint-Sébastien, à Poissy

 – Fest noz      niouses coup de coeur

En savoir plus »